Loire : enquête rouverte sur un prêtre accusé de pédophilie

 Agé de 85 ans, il avait jusqu’ici avoué des faits couverts par la prescription.

Le parquet de Saint-Étienne a ouvert une enquête sur les accusations d’agressions sexuelles sur mineurs visant le père Peyrard, un prêtre aujourd’hui âgé de 85 ans et suspendu de tout ministère.

Cette enquête a été ouverte fin février par l’ex procureur de la République Jean-Daniel Regnauld, juste avant son départ. Certains faits présumés attribués au père Régis Peyrard pourraient ne pas être prescrits à la suite d’un élément nouveau transmis au parquet en 2017, a précisé le procureur adjoint, André Merle, confirmant des informations du Progrès.

Suspendu de tout ministère par l’évêque de Saint-Étienne, le prêtre avait avoué à sa hiérarchie avoir commis des abus sexuels sur des mineurs entre les années 1980 et 1990.

Mais les dizaines de plaintes et signalements transmis à sa hiérarchie et à la justice n’avaient pu jusqu’ici déboucher sur des poursuites car couverts par la prescription.

Certaines agressions ont été révélées sur le site de mise en contact de victimes d’abus sexuels, coabuse.fr, créé en juin 2016.

« Lorsque la première victime s’est manifestée, en 2000, le prêtre a été relevé de son ministère, qui se trouvait alors à Saint-Étienne, et placé dans une maison de retraite, où il est toujours, avec un suivi psychologique », avait indiqué Mgr Sylvain Bataille, lors d’une conférence de presse en juillet.

Une charte de prévention de la pédophilie dans le diocèse

Dans un communiqué adressé mardi aux prêtres, diacres et catholiques du diocèse de Saint-Étienne, Mgr Bataille rappelle avoir « suspendu de tout ministère public et privé » le père Peyrard. « J’ai transmis son dossier à Rome, à la Congrégation pour la doctrine de la foi qui, seule, a autorité pour statuer de façon définitive », ajoute-t-il.

En février, l’évêque avait demandé aux 400 représentants religieux et laïcs de son diocèse de s’engager par écrit sur une « charte de prévention de la pédophilie ».

Avec AFP

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*