Les Français font de moins en moins de bébés

L'âge moyen à la maternité continue d’ailleurs de croître, à 30,6 ans contre 29,8 dix ans plus tôt. PHILIPPE HUGUEN/AFP

En 2017, 767 000 bébés sont nés en France (-17 000, soit -2,1 %), en baisse pour la troisième année consécutive (-15 000 en 2016 et -20 000 en 2015).

C’est l’un des principaux enseignements du bilan démographique annuel de l’Insee publié ce lundi. Après huit années de stabilité, autour de deux enfants par femme, l’indice conjoncturel de fécondité est tombé à 1,88, et connaît donc sa troisième baisse consécutive (1,92 en 2016, 1,95 en 2015).
Conséquence, en 2017, 767 000 bébés sont nés en France, soit 17 000 naissances de moins qu’en 2016 (-2,1 %). Cette diminution ramène le nombre de naissances à son niveau de 1997 sans pour autant atteindre son point bas de 1994 (741 000 naissances hors Mayotte).
Principale cause de cet effritement : une baisse de la fécondité des femmes de 25 à 34 ans, les plus fécondes, qui n’est plus compensée par la fécondité des femmes de plus de 35 ans, restée stable. L’âge moyen à la maternité continue d’ailleurs de croître, à 30,6 ans contre 29,8 dix ans plus tôt.
Tendance générale ou passagère ?
Tendance générale à faire moins d’enfants ou conséquence de la crise économique qui conduit à retarder la venue d’un bébé ? « Il faudra attendre encore un peu pour savoir » a estimé ce lundi Marie Reynaud, cheffe des études démographiques et sociales à l’Insee, lors de la présentation de l’étude.

La France reste néanmoins le pays d’Europe le plus fécond, devant l’Irlande et la Suède, si l’on se réfère aux chiffres de 2015 (derniers disponibles au niveau européen).
En parallèle, le nombre de décès a augmenté : 603 000 en 2017, 9 000 de plus qu’en 2016 (+ 1,5 %), principalement à cause du vieillissement des générations du baby-boom.

Source AFP

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire