Un homme de la région rochoise y comparaissait pour le viol de sa belle-fille Aurore (prénom d’emprunt), 12 ans à peine. Les faits remontent à l’année 2016.

Le suspect s’introduisait dans la chambre de la gamine pour lui imposer des rapports sexuels. Des sévices rapportés à la justice par la marraine de la jeune fille, à qui celle-ci s’était confiée. Entendue dans le cadre de l’enquête, la mère d’Aurore a reconnu que le comportement de son compagnon avait changé quand la fillette avait atteint l’âge de 11-12 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.