Témoignage / Podcast : Placée dans mon enfance, on m’a pris mes enfants dès la naissance, le cauchemar continu à Bayonne

C’est une mère désemparé qui nous écrit, et qui contact notre rédaction pour faire parler de son histoire. Une histoire similaire à celle que nous avons évoquée la semaine dernière sur l’assistante familiale Corse condamnée. Vous n’y croyez pas et pourtant cela existe chaque jour. Notre appel à témoins porte ces fruits, et nous n’imaginions pas à un seul instant trouver cette histoire parmi les Français.

L’histoire d’une mère qui dans son enfance, est placée par les services de l’aide sociale à l’enfance, car ses

parents, n’arrivait à l’époque à subvenir aux besoins de la fratrie. L’histoire d’une petite fille, qui devient mère, qui a vécu son enfance dans l’enfer des foyers ou familles d’accueil et qui aujourd’hui s’expriment avec douleur. Une douleur maternelle que l’on ne peut en rien comprendre si l’on est dans sa situation.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoin@radiocapitole.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

Une femme pour qui son combat, LE combat de chaque instant est celui de permettre à ces enfants de sortir de l’enfer qu’elle a elle même traversé.

Peut-on évoluer en tant que maman, si nous-mêmes on ne comprend pas ce que font ces enfants arrachés dès la naissance par des services sociaux. Peut-on un jour admettre que la vie n’est que semer d’embuche et que certaines institutions ne facilitent ni le lien que peut porter une mère et son enfant, ni même ne peut permettre à une mère d’exercer son rôle de maman. Ce n’est pas si simple de devenir mère mais est-ce au point de se faire retirer les enfants ?

L’histoire de cette femme 

Enfance douloureuse, et pourtant si acharnée, cette femme est si combative. Violée, battue dans son enfance, elle vivra de ses 5 ans à ses 17 ans, le placement, les familles d’accueil mais la violence. Elle souffrira en silence, et son adolescence est parsemée d’embûches, car elle-même ne comprend pas pourquoi on l’a retiré à ses parents. Un signalement, une mauvaise compréhension de ce que vivait ses parents à l’époque? Personne ni elle-même ne peut le savoir. On est venue les prendre au domicile familial, et le placement a eu lieu auprès de l’aide sociale à l’enfance, sans un mot, sans compassion, et sans même que leur maman n’est pue faire un geste de la main pour leur dire au revoir.  C’est un appel passé par les services éducatifs de l’aide sociale à l’enfance, qui permettront à leur maman de comprendre que les enfants ne sont plus à leurs domicile. Elle a une soeur jumelle.

Difficile pour cette adolescente à l’époque de se construire. Mais elle grandit, tout en étant trimbalé de foyer en foyer, de famille d’accueil en famille d’accueil. Elle évolue avec ses outils proposés par les services sociaux, mais elle aura et conservera le même manque. Ce manque si affectif qu’elle avait avec sa mère, et son père mais aussi le reste de la fratrie, avec qui elle se retrouve une fois adolescente séparée.

“On m’a pris mon rôle de mère et on m’a remplacer mais avec de la violence en supplément contre mes enfants “

27 ans, la mère de famille finit par avoir elle aussi des jumeaux. Elle accouche, et le cauchemar commence pour cette mère de famille. Les enfants seront arrachés à leur mère et seront placés en famille d’accueil. Mais le placement se passe mal, les enfants sont maltraités par la famille d’accueil. Angela ne cesse de crier au scandale de cette maltraitance institutionnelle dans le cadre de ce placement , mais rien y fait. Personne ne bouge, et voir même que le service de l’aide sociale à l’enfance accepte de lever le petit doigt en changeant les enfants de famille d’accueil.

Ecoutez le témoignage poignant d’Angela sur sa situation et surtout commentez cette situation en bas de notre article.

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoin@radiocapitole.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

 

 

Laisser un commentaire