“Notre fille était harcelée, c’est pour cela qu’elle s’est pendue”: l’histoire de Laurent un père dévasté par le suicide de sa fille

Une jeune fille "heureuse de vivre" / © Photo fournie par la famille

Ce sont des parents dévastés qui veulent comprendre comment leur vie a tourné au drame.

>> J’aide cette famille et je fais un don solidaire en cliquant-ici

 Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoin@radiocapitole.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

Le 5 mars dernier, Polina avait été retrouvée morte pendue dans le parc de son lycée à Saintes, en Charente-Maritime.

L’association RD CAP met en ligne une cagnotte reversée à la famille de Polina. Soyez solidaire et soutenez cette famille.

Cette jeune fille, âgée de 17 ans, avait mis fin à ses jours. Ce matin là, la victime avait tenté de joindre son père au téléphone à plusieurs reprises.

“La quatrième fois, j’ai pu décrocher. Elle pleurait et m’a dit : je vais encore me faire battre, pourquoi je n’ai pas d’amis ?” explique son père.

Quelques heures plus tard, l’adolescente se donnait la mort.

Depuis, les parents cherchent à comprendre pourquoi leur fille, qui était “heureuse de vivre et toujours à fond”, s’est suicidé.

Ils se sont mis à enquêter eux même et, en questionnant ses camarades de classe et en fouillant les réseaux sociaux, ils sont convaincus que leur fille était harcelée.

“Elle ne voulait plus se mettre en short, elle avait des bleus sur les jambes. Elle m’avait aussi demandé de l’inscrire à un sport de combat” se souvient Laurent, son père. “À l’époque, je n’ai pas compris.”

Depuis les parents de Polina ont porté plainte. Selon eux, le lycée du Petit Chadignac, où leur fille était scolarisée en horticulture, est coupable de “négligences”.

Radio Capitole Interview Laurent

Laisser un commentaire