Agression sexuelle : plainte contre un principal de collège en Seine-Saint-Denis

C’est une affaire peu banale qui a occupé les juges du tribunal correctionnel de Bonneville ce jeudi. À la barre, un homme de 55 ans répondait de propositions sexuelles faites à un mineur de 15 ans par un majeur utilisant un moyen de communication électronique.

En deux mois, il a tenté d’entrer en contact avec elle 4 972 fois

Il faut dire que l’homme était plutôt insistant puisque l’enquête a révélé qu’il a tenté d’entrer 4 972 fois en communication avec la jeune fille, une amie de sa propre fille, principalement par la voie de SMS, entre le 1er  juillet et le 24 août 2015.

L’affaire est dévoilée au grand jour lorsque, par hasard, la maman de l’adolescente découvre des messages “bizarres” dans le portable de celle-ci. “Je t’aime. Je veux des relations sexuelles avec toi. Ne dis rien à tes parents. Je te désire » sont quelques-uns des messages découverts. La jeune fille explique que ces messages proviennent du père de son amie, avec qui elle est aujourd’hui brouillée, et qu’elle répondait “oui” pour s’amuser.

Devant les juges, le prévenu reconnaît avoir envoyé des textos insistants mais il dit qu’il pensait que cette jeune fille avait 19 ans. « Je ne l’avais jamais vu. Je prêtais mon portable à ma fille qui avait enregistré son numéro. Je sais que ce n’est pas bien. Mais je buvais beaucoup et j’étais cloué chez moi 24h/24 à cause de problèmes de santé. Je devenais fou. J’ai vu une seule fois cette fille et j’ai compris qu’elle n’était pas majeure » expliquait-il à la barre.

Depuis, il a complètement arrêté l’alcool. De plus, l’enquête menée n’a pas permis de trouver d’autres éléments, notamment des images ou vidéos pédopornographiques dans son ordinateur, pouvant laisser penser qu’il s’agit d’un prédateur sexuel.

Selon le procureur toutefois, l’infraction était caractérisée, le prévenu ne pouvant ignorer la minorité de l’adolescente. Au final, le tribunal l’a condamné à 4 mois de prison avec sursis.

Avec DL 

Laisser un commentaire