Vidéo : Revivez les obsèques de Maëlys

L’église de la Tour du Pin n’a pas suffi à contenir la foule présente ce samedi pour les obsèques de Maëlys, décédée il y a près de neuf mois. Les parents et sa grande sœur lui ont fait leurs adieux dans une grande dignité lors d’une cérémonie publique. L’enterrement a ensuite eu lieu dans l’intimité.
Des larmes et des fleurs blanches : plusieurs centaines de personnes ont pris place dans l’église de La-Tour-du-Pin (Isère) et sur son parvis, samedi vers 14H30, pour rendre un dernier hommage à Maëlys, que Nordahl Lelandais reconnaît avoir tuée « accidentellement.

Ils sont venus avec des fleurs blanches. D’autres avec des ballons blancs. Le village de la Tour du Pin (Isère) est venu dire un dernier adieu à la petite Maëlys ce samedi. Neuf mois après le décès de l’enfant, et une enquête qui n’a pas encore livré tous ses secrets, les obsèques de la petite fille ont été célébrées ce samedi en début d’après-midi. Les parents ont souhaité que la cérémonie soit publique. Pour accueillir une foule nombreuse, l’église n’a pas suffi. Un écran géant a été installé devant le bâtiment. Quelque 400 personnes ont pris place dans l’édifice tandis de quelques centaines d’autres sont restées sur le parvis.

Dès 8 heures du matin, des ballons blancs avaient été installés dans les vitrines des commerçants du centre ville. La dépouille de la fillette de presque 9 ans a enfin pu être rendue à ses parents qui  ont choisi de l’enterrer à la Tour du Pin, où ils ont des  attaches familiales. Ce village de 8 000 habitants, dont leur avocat Maître Fabien  Rajon est le maire, est situé à une vingtaine de kilomètres de Pont-de-Beauvoisin où Maëlys avait disparu lors d’une soirée de mariage le 27  août dernier.

Obsèques de Maëlys : «Ton absence laisse un grand vide en moi», déclare sa mère

» Retrouvez le déroulement des obsèques de Maëlys De Araujo :

15h45. Les obsèques de Maëlys doivent se poursuivre dans le cimetière de la Tour-du-Pin, dans l’intimité.

15h30. La cérémonie s’achève. La foule quitte l’église. Les anonymes signent les registres de condoléances installés aux abords du lieu de culte.

15h15. Colleen De Araujo s’exprime à son tour. La grande sœur de Maëlys, Colleen, âgée de 12 ans, prononce également quelques mots, cités par Le Dauphiné Libéré : « Maëlys je suis venue te dire au revoir avant le paradis. Tu étais la meilleure sœur au monde. Tu aimais les animaux , comme moi. Ne t’inquiètes pas, je veille sur tes animaux. Je voulais te dire je t’aime… Un mot jamais prononcé entre nous. »

15h10. L’évèque de Grenoble évoque l’émotion collective. « La France entière a été bouleversée par la disparition de Maëlys, par ses souffrances, les souffrances de ses parents. La douleur de ne pas savoir et la douleur de la triste nouvelle. Nous voudrions tellement pouvoir consoler vos cœurs », déclare Guy de Kerimel, cité par France Bleu Isère.

15 heures. Des anonymes très touchés. Sébastien, 45 ans, a voulu « rendre hommage à Maëlys », car il se dit « très touché par ce drame » qui « peut arriver à tout le monde (…). C’est une étape importante pour la famille. Ils vont enfin pouvoir l’enterrer », ajoute cet habitant de La-Tour-du-Pin. Catherine, 56 ans, dont la fille a été « assassinée » a également voulu « témoigner (son) soutien à la famille. Je veux être là pour elle. Ce sont des choses qui ne devraient pas arriver », a-t-elle dit à l’AFP.

14h51. La bénédiction de Jésus aux enfants. Monseigneur de Kerimel lit l’évangile de Jésus selon Saint-Marc : « Celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. »

14h50. L’incompréhension. « Nous avons du mal à comprendre comment une enfant si jeune puisse être enlevée à la vie. Seigneur, accueille Maëlys comme un père en sa maison », admet monseigneur Guy de Kerimel.

14h45. En arc de cercle. Debout, assis, à l’ombre, au soleil, un millier de personnes environ suivent silencieusement, sur le grand écran qui a été fixé contre l’église, la cérémonie.

14h40. Un peu de lumière pour Maëlys. Des bougies sont disposées autour du cercueil de la petite fille.

14h33. Beaucoup d’émotion s’exprime déjà. Avant même que le chant « Je viens vers toi Jésus » ne retentisse à l’extérieur de l’église, de nombreuses personnes se sont effondrées, en larmes, après les mots des parents de Maëlys.

14h30. Une footballeuse de choc. Maëlys aimait le foot, et son papa Joachim n’a pas pu lui offrir les chaussures qu’il prévoyait de lui donner pour la rentrée scolaire. « Il ne me reste que ces beaux souvenirs », a-t-il dit. « Il y a toujours ta place à la table familiale », lâche-t-il.

Le père de Maëlys s’exprime (Le Dauphiné Libéré)

14h29. « Un grand vide ». « Neuf mois que nos vies sont brisées », déclare, en larmes, la mère de Maëlys. « J’ai partagé neuf ans de bonheur à tes côtés. Ton absence laisse un grand vide en moi. Maëlys, je ne souffre plus maintenant : quand je regarde le ciel, je sais qu’une étoile veille sur nous. »

14h28. Jennifer De Araujo prend la parole. Elle rappelle les fous rires de sa fille, les moments joyeux avec son « poussin » que seul le vide a remplacé. « Je t’aime de tout mon coeur mon poussin, on se retrouvera au paradis ».

Les mots de la mère de Maëlys (Le Dauphiné Libéré)

14h25. Une foule patiente sous un grand soleil. Plusieurs centaines de personnes, à l’extérieur de l’église, sont venus témoigner leur compassion à la famille De Araujo. Il fait chaud et plusieurs personnes se protègent du soleil d’un grand parapluie.

14h22. La cérémonie va commencer. La dépouille de Maëlys a été placée dans le chœur de l’église.

14h20. Cruelle image. Une petite boîte blanche, cercueil de l’enfant, est suivie des proches de la famille, habillés en noir ou en blanc.

14h18. Des paroles de réconfort. Guy de Kerimel, évêque de Grenoble qui présidera à la cérémonie, s’entretient avec les parents et la sœur de Maëlys.

14h15. Les faits selon Lelandais. Dans le récit qu’il a fait de la soirée du 26 août au juge d’instruction, Nordahl Lelandais avait affirmé avoir laissé monter Maëlys dans sa voiture car la petite fille voulait voir ses animaux. Mais elle aurait paniqué, et demandé à faire demi-tour. L’ancien maître-chien lui aurait alors porté « un coup avec le revers de la main, sur le visage » pour la calmer alors qu’il conduisait.

14h13. Arrivée du convoi funéraire. Les cloches sonnent, le convoi transportant le cercueil de Maëlys, ses parents, ses grands-parents, arrive devant l’église.

14h10. Les habitants entrent dans l’église. 300 personnes pourront être à l’intérieur, en plus d’une centaine de places réservées pour les proches. Les parents de Maëlys et leur fille aînée entreront les derniers.

14 heures. Les Noyer attendent le corps de leur fils. « Nous on attend toujours Arthur. Après, ça, on ne maîtrise pas. […] On fait au mieux ». Avec émotion, Cécile Noyer, la mère d’Arthur Noyer, l’a dit d’un mot : les parents du jeune caporal tué par Nordahl Lelandais n’ont pas encore récupéré son corps, des analyses étant toujours en cours.

13h45. La presse n’est pas conviée dans l’église. La cérémonie est « ouverte au public », dans la limite des 400 places, mais « les parents ne souhaitent pas que la presse puisse (y) pénétrer pour garantir la sérénité de la cérémonie, ni qu’elle soit présente au cimetière, l’inhumation devant avoir lieu dans l’intimité », a indiqué la préfecture de l’Isère dans un communiqué.

13h40. Les parents d’Arthur Noyer présents. Les obsèques de Maëlys vont débuter dans moins d’une heure en présence des parents d’Arthur Noyer, caporal du 13e Bataillon de chasseurs alpins (BCA) de Chambéry, tué lui aussi par Nordahl Lelandais. « Nous sommes des parents qui accompagnons des parents qui sont dans la même détresse », a expliqué Didier Noyer, interrogé par BFMTV. « On est là pour la petite, pour ses parents », a complété son épouse Cécile, la voix étranglée.

Funérailles de Maëlys : « On est là pour la petite », confient les parents d’Arthur Noyer

13h35. La Tour-du-Pin va se recueillir. Des dizaines de personnes sont déjà réunies aux abords de l’église de la Tour-du-Pin, dans le nord Isère, où les parents de Maëlys ont des attaches familiales. Ce village de 8 000 habitants, dont leur avocat Me Fabien Rajon est le maire, est situé à une vingtaine de kilomètres de Pont-de-Beauvoisin où Maëlys avait disparu lors d’une soirée de mariage le 27 août dernier.

-

Capture d’écran.BFMTV

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire