Le portrait-robot de l’agresseur présumé largement diffusé

Samedi 2 juin, Kévin, 17 ans, est décédé suite à une agression à l’arme blanche dans un parc de Mourmelon-le-Grand. L’auteur présumé de ce meurtre est toujours activement recherché par les forces de l’ordre. Un portrait-robot vient d’être diffusé pour l’identifier et procéder à son interpellation.

Habitant de Mourmelon et élève au lycée Bayen de Châlons, Kévin, 17 ans, a été victime d’une violente agression à l’arme blanche dans un parc, alors qu’il s’y promenait avec une amie. « L’autopsie est en cours et devrait rendre ses conclusions dans l’après-midi, a indiqué ce lundi 4 juin Eric Virbel, procureur de la République près le tribunal de Châlons. De nombreuses plaies ont été constatées sur le corps du défunt, dont une vingtaine dans le dos et une au cou. Pour l’heure, nous n’avons aucun élément sur le mobile qui aurait poussé l’agresseur à commettre cet acte. Nous sommes face à des faits dramatiques et particulièrement violents. Nos pensées vont évidemment vers la famille de la victime, ses proches et l’ensemble de la communauté locale. »

Une quarantaine de militaires missionnés sur les recherches

Une quarantaine de militaires ont procédé aux premières recherches et à l’enquête de voisinage ce week-end. Ils ont été appuyés par les unités de recherches de Châlons et de Reims, une équipe cynophile et des plongeurs, la section aérienne de la gendarmerie et l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) basée à Pontoise. Le témoignage de l’amie de Kévin a permis de dresser un portrait-robot et une description physique détaillée de l’agresseur. « Un homme de couleur basanée, âgé de 25 à 30 ans, mesurant entre 1,80 m et 1,90 m, de corpulence musclée. Il a les yeux foncés, les sourcils épais et le nez élargi. » Il serait droitier et était vêtu, au moment des faits, d’un pantalon de treillis et d’une paire de chaussures de type « rangers », avec une veste de sport noire sans marque, une capuche et une casquette. « Il était probablement porteur de gants et est susceptible d’avoir été blessé, compte tenu de la violence de l’altercation. » Les forces de gendarmerie lancent donc un appel à la population pour tenter d’identifier le meurtrier présumé et pour permettre son interpellation dans les meilleurs délais. « L’arme ou les armes utilisée(s) par l’agresseur n’ont pas pu être retrouvée(s), malgré des recherches importantes. Si des habitants de Mourmelon et alentour aperçoivent un couteau ou une arme blanche, nous leur demandons de ne pas y toucher et de le signaler immédiatement à la gendarmerie. »

Ne pas hésiter à signaler le moindre élément

Les premiers éléments de l’enquête et le portrait-robot ont également été relayés au niveau national, auprès des services de police et de gendarmerie du territoire, et les investigations vont désormais s’élargir. Aux citoyens qui hésiteraient à appeler les forces de l’ordre pour signaler tel ou tel élément, le colonel Ronan de Lorgeril, commandant le groupement de gendarmerie de la Marne, précise : « Dès lors qu’on hésite à appeler, c’est qu’il faut le faire. Chaque élément apporté sera exploité par les enquêteurs. Mais dans tout les cas, si une personne se pose la question, elle doit appeler. »

Laisser un commentaire