Nordahl Lelandais : Quand les charges s’accumulent, le suspect devient tueur en série ?

Une vidéo retrouvée dans un des téléphones portables du suspect de l’affaire Maëlys et de l’affaire Noyer montre une agression sexuelle sur une petite cousine de 7 ans.

Combien de sordides secrets recèle Nordahl Lelandais ? L’ex militaire est désormais soupçonné d’attouchements sexuels sur une enfant de sa propre famille. L’ancien maître-chien, âgé de 35 ans, qui a déjà avoué le meurtre de Maëlys, 9 ans, enlevée au petit matin d’une n de noce le 27 août 2017 à Pont-de-Beauvoisin (Isère), et mis en examen du chef d’assassinat dans l’affaire du caporal Arthur Noyer, tué le 12 avril 2017 dans la région de Chambéry (Savoie), a été confondu par ses téléphones portables une fois de plus, comme l’a révélé BFM.

Des téléphones devenus « les véritables ls conducteurs » de l’enquête. Une cellule dite Ariane tente de remonter le temps et le parcours de vie de l’ancien militaire et d’évaluer s’il peut être impliqué dans d’autres affaires criminelles.

La fille de sa cousine

L’exploitation par les gendarmes de ces deux appareils sur lesquels il consultait régulièrement, notamment des sites pédopornographiques comme le Parisien – Aujourd’hui en France l’avait révélé en mars 2018, a permis de retrouver une vidéo dans laquelle sa petite-cousine, agée de 7 ans, subit des « caresses interdites ». « On y voit une main », raconte une source proche du dossier. Une main aux gestes déplacés qui pourrait être celle de Nordahl.

La jeune victime est la lle de sa cousine qui réside dans le Gard. L’enfant avait séjourné quelques jours durant les vacances d’été dans la famille Lelandais peu de temps avant la disparition de Maëlys.

La petite victime a été formellement identiée tout comme les lieux du tournage, à savoir le domicile familial de Nordahl Lelandais à Domessin (Savoie). Ce mercredi, pour pouvoir comparer les lieux avec ceux aperçus furtivement dans la vidéo, le suspect a été extrait de sa cellule de l’Unité hospitalière spécialement aménagée (UHSA) du centre du Vinatier où il est pris en charge depuis ses aveux sur Maëlys le 14 février dernier. Pendant un peu plus de trois heures, les enquêteurs ont perquisitionné une fois encore la maison familiale pour s’assurer que les lieux étaient bien les mêmes que ceux sur la vidéo.

À l’issue de ce transport, Nordahl Lelandais n’a pas été mis en examen. Une mise en cause qui pourra intervenir ultérieurement après un réquisitoire supplétif délivré par le parquet.

Lire la suite sur le Parisien 

Laisser un commentaire