Manche : 15 ans de prison pour « des centaines de viols » sur sa fille

La victime souhaitait obtenir des aveux. Que son père « dise qu’il m’a fait du mal » afin qu’elle puisse se « reconstruire ». Il n’en sera rien. Si l’homme de 62 ans reconnaît les agressions sexuelles, il nie tout viol.

La cour d’assises de Coutances (Manche) l’a pourtant déclaré coupable des crimes de viols et délits d’agressions sexuelles sur sa fille et condamné à 15 ans de réclusion, proches des 18 ans requis par l’avocate générale, accompagnés de 5 ans de suivi sociojudiciaire. Un verdict qui n’est pas du goût du condamné, qui a donné un coup de poing dans son box avant d’adresser un « on va se revoir » à la partie civile.

Le témoignage bouleversant de la mère

Suit le témoignage poignant de la mère des victimes qui relate sa découverte des premiers faits, le 26 juillet 2014. Ce matin-là, elle découvre un mot de son mari, qui lui dit qu’il a fait “une grosse bêtise”. Le joignant au téléphone, elle évoque une éventuelle agression sur sa plus jeune fille, qui fugue régulièrement. Il répond qu’il a fait “pire”. La mère accompagne sa fille déposer plainte, sur les révélations qu’elle lui fait des agressions sexuelles subies de son père.

“Comment as-tu pu faire ça à nos bébés”

Sous le coup de l’émotion du récit, elle se tourne vers l’accusé et déclare : “Comment as-tu pu faire ça à nos bébés, espèce de saloperie”. La jeune fille concernée dans ce récit se présente à son tour à la barre et confirme que dès ses 5 à 6 ans, elle avait surpris une conversation de ses frères et sœurs qui parlaient d’actes contre nature commis par son père sur la principale partie civile de ce procès, mais sans y croire.

Elle déclare : “j’y ai moi-même malheureusement été confrontée dès mes 13 ans“.

15 ans de réclusion criminelle

La cour condamne l’accusé, de 62 ans, à 15 ans de réclusion criminelle et cinq ans de suivi socio-judiciaire. Il est inscrit au fichier des délinquants sexuels.

Laisser un commentaire