Reblochons suspects : douze enfants malades de la même bactérie

L’enquête sur le décès d’un enfant qui avait consommé ce fromage avance même si le lien n’est pas encore établi entre la maladie et le fromage.

Tous en ont mangé mais un seul est mort. « Une même souche de la bactérie E. coli O26 » a rendu malade douze enfants qui avaient tous consommé du reblochon. Si le lien entre la maladie qui a tué un jeune enfant en mai et le fromage incriminé ne peut pas encore être établi, « l’enquête avance » fait savoir ce vendredi Santé publique France, une émanation du ministère de la Santé.

Les recherches se poursuivent à l’usine

De fait, la souche en question n’a toujours pas été trouvée dans l’usine du groupe Chabert à Cruseilles (Haute-Savoie), qui commercialise ses reblochons sous les noms Chabert, Le Tartiflard, et des marques de distributeurs comme Nos régions ont du talent (Leclerc) ou Saveurs de nos Régions (Lidl). En mai et juin, Chabert avait néanmoins procédé au rappel de tous les fromages pouvant avoir été contaminés par l’Escherichia coli, d’abord en France puis en Allemagne et Espagne.

Des gastro-entérites suivies de complications rénales

Tous les cas sont survenus entre février et mai. Sur douze enfants âgés d’un à cinq ans, un a été victime d’une diarrhée, et les onze autres, dont celui qui en est décédé, de syndrome hémolytique et urémique (SHU), des gastro-entérites éventuellement hémorragiques, accompagnées ou non de fièvre et pouvant être suivies de complications rénales sévères. Trois autres enfants ont été victimes de SHU à la même époque, deux touchés par « une souche E. coli O26 différente », et un par une souche non identifiée.

Une maladie « peu fréquente en France » (100 à 160 cas par an) mais potentiellement grave chez l’enfant d’un mois à trois puisqu’elle est dans cette catégorie de la population la principale cause d’insuffisance rénale aiguë. Dans l’affaire des reblochons Chabert, les recherches se poursuivent.

Avec AFP

Laisser un commentaire