Pau : elle se bat pour partager la garde des enfants nés de son ex épouse

Valérie et Sandrine se sont aimées. Elles ont fait trois enfants ensemble. Elles se sont mariées. Aujourd’hui elles divorcent. Valérie, la maman qui n’a pas porté les enfants, revendique un statut de parent que son mariage ne lui garantit pas. Le juge des affaires familiales doit trancher ce lundi.

Un dossier de divorce et de garde des enfants à Pau fait figure de cas d’école. Valérie et Sandrine (leurs prénoms ont été changés) se sont mariées en septembre 2017, après dix ans de vie commune. Ensemble, elles ont eu trois enfants avant de se marier : une fille de cinq ans, et deux jumeaux de moins d’un an. Ce mariage pouvait permettre à Valérie, qui n’a pas porté les enfants, d’adopter les trois enfants. Mais le couple s’est séparé quelques jours avant la fin de la procédure d’adoption. Sandrine ne veut plus que Valérie adopte. Une procédure de divorce a été engagée, et le juge des affaires familiales doit trancher ce lundi après-midi, la question de la garde des enfants entre les deux femmes. Théoriquement, Valérie n’a aucun lien parental avec les enfants.

Le mariage pour tous existe, le “divorce pour tous” est encore à inventer

Il y a un détail qui est tout sauf anecdotique : quand Valérie et Sandrine ont comparu il y a deux semaines devant le juge pour cette audience de conciliation, elles ont dû signer des actes officiels. Et au bas de ces documents, cette mention : “signature de l’époux”, et “signature de l’épouse”. Même les documents ne se sont pas adaptés à ces nouvelles situations liées au mariage entre homosexuels. Mais surtout ce que nous apprend ce dossier, c’est que les divorces homosexuels et hétérosexuels ne sont pas égaux face à cette question de la parentalité. C’est à l’appréciation des magistrats, à moins de réécrire la loi.

Lire la suite sur France Bleu

Laisser un commentaire