GAP : A la recherche des deux locataires disparus

L’enquête ouverte pour homicide volontaire a été confiée à la Police judicaire de Marseille

Désormais, le scellé de la rue Phillis-de-la-Charce se dissimule derrière des canisses. Ce scellé, apposé à l’entrée de l’appartement du deuxième étage de ce petit immeuble du centre-ville de Gap, vendredi dernier, marque le début d’une enquête. Celle pour un homicide, sans corps. Selon nos informations, la quantité de sang découverte ne laisserait pas place au doute quant à la commission d’un crime dans ces lieux.

Hier soir, les relevés effectués par la police technique et scientifique n’avaient pas encore permis d’identification. S’agit-il du sang du locataire, de celui qu’il logeait, d’un tiers ? Les deux Haut-Alpins, d’une vingtaine d’années, n’ont plus donné de nouvelles depuis environ deux mois.

« C’est un gars gentil, souriant »

Le premier louait depuis fin mars l’appartement après avoir quitté le domicile familial d’Eygliers. Il y hébergeait un ami du Guillestrois. Pour autant, cet appartement, il ne semblait le fréquenter que peu, plutôt les week-ends. « C’est un gars gentil, souriant, dit son propriétaire. Son copain aussi d’ailleurs. Je n’ai pas à m’en plaindre. » Dans le voisinage, les deux garçons sont décrits comme plutôt discrets.

Le copain en question, 20 ans, avait lui aussi quitté Guillestre, il y a deux mois. Depuis, sa famille est restée sans nouvelle, malgré les tentatives de communication. Un jeune homme dont le parcourt a jusqu’ici été chaotique, passant par le lycée de Veynes puis Briançon, parfois sous l’égide d’éducateurs.

Avec DL  Résultat de recherche d'images pour "Le dauphine"

Laisser un commentaire