« Train surfing » Le jeune homme décédé été resté accroché volontairement au RER

Damien, 17 ans, est décédé mardi après avoir percuté un poteau en gare d’Egly (Essonne) alors qu’il était accroché à un train. Des témoignages recueillis par les enquêteurs laissent penser qu’il aurait pu s’agripper volontairement. Ses camarades de classe, qui ne croient pas à cette thèse, lui ont rendu hommage ce mercredi dans son lycée d’Arpajon.

Ils s’étaient tous donnés rendez-vous à 15 heures. Ce mercredi, les élèves du lycée Edmond-Michelet d’Arpajon ont respecté une minute de silence en hommage à leur camarade Damien, décédé la veille en gare d’Egly (Essonne). Le jeune homme, qui aurait fêté son 18e anniversaire le 1er février prochain, a succombé à ses blessures après avoir percuté un poteau alors qu’il était accroché à la voiture d’une rame qui prenait la direction de Breuillet.

Si une cellule de crise a été mise en place au sein de l’établissement, beaucoup de ses camarades, qui ont appris la nouvelle dans la presse, n’ont pas eu le courage d’aller en cours. «Il habite juste en face de chez moi, d’autres ont fait toute leur scolarité avec lui», s’émeut un élève.

Malgré quelques éclats de rire qui se font encore entendre à l’évocation de moments passés aux côtés de Damien, tous restent très choqués par le drame. «C’était notre ami, on veut savoir comment cela est arrivé», lâche un proche.

Selon les premiers éléments de l’enquête, la victime aurait tenté de s’accrocher au train, «mais pas parce qu’il était en retard», indique une source proche du dossier. Les caméras de vidéosurveillance ne montrent pas vraiment la scène, mais quelques témoins ont pu relater l’accident. «On s’oriente vers la thèse du train surfing», reprend cette même source.

«Il n’aurait pas été assez con pour tenter un truc pareil»

Pourtant Damien était seul, sans ami sur le quai. Impossible donc de savoir pourquoi il aurait succombé à cette dangereuse pratique qui consiste à s’accrocher à un train qui avait déjà gravement blessé un homme à Sermaise voici un peu plus d’un an.

La victime était arrivée sur le quai bien avant que le train n’entre en gare vers 11 heures. Il se serait accroché de lui-même à l’un des derniers wagons, et n’aurait pas été coincé par la fermeture des portes.

Mais après le départ du train, en bout de quai, Damien aurait heurté un poteau, lui fracturant le bassin et lui causant des lésions mortelles. Juste après le choc, la victime n’avait pas encore perdu connaissance. C’est durant l’après-midi, à l’hôpital, qu’il s’est éteint.

Une tentative de «train surfing» ? Une thèse rejetée par les amis de Damien. Pour eux, le garçon n’aurait jamais fait cela. «Il n’aurait pas été assez con pour tenter un truc pareil, assure une jeune fille. Surtout qu’il était tout seul. En groupe, il aurait peut-être eu l’idée, mais là ce n’est pas ce qu’il s’est passé.» Les élèves en sont persuadés : ce sont les abords de la gare qui ne sont pas assez sécurisés. «Ce n’est pas la première fois qu’un accident arrive ici, assurent-ils. On veut la vérité, on espère l’avoir.»

-

Arpajon, ce mercredi. Les lycéens ont organisé une minute de silence, ce mercredi à 15 heures pour rendre hommage à Damien, décédé la veille à la gare d’Egly.LP/N.C.

Source :  Le parisien

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*