PAU : L’adolescente reçoit une gifle par son père, elle est placée en foyer. Le témoignage poignant d’un père de famille

C’est un témoignage poignant que Radio Capitole vous fait partager dans notre nouvelle émission podcast « Vous avez la parole ! »

Un père en colère, contre la justice française.

Accusé à tort de maltraitances sur sa fille et sa soeur jumelles selon ce qu’il avance, ce témoignage raconte l’histoire de Julie, une adolescente qui a reçu une gifle en sortie de classe.L’adolescente hère dans la rue, avec des amis, au lieu d’être présente au collège. L’assiduité, c’est ce que son père demandait à ses filles. Il demandait également une vigilance accrue de la part de l’établissement scolaire de Arthez-de-Béarn en charge de l’enfant quant à la présence dans l’établissement de ses enfants.

Seulement, aucune décharge scolaire ne vient contredire la demande du père, la jeune fille ne devait pas sortir de l’établissement. Alors c’est la peur qui a envahi ce père de famille de 7 enfants. Installé depuis des années dans le Béarn, ce papa a eu un geste de peur lorsqu’il est tombé en dehors du lycée sur sa fille.

« La gifle est partie, je ne pouvais rien faire de plus »

C’est un père aujourd’hui meurtri par son geste désespéré, mais selon lui comme beaucoup de témoins de son entourage, c’est loin d’être un violent, et pourtant les témoignages des personnes présentes sur les lieux lors de l’altercation avec sa jeune fille, vont aller de crescendo à son encontre, et surtout auprès des services de Police. Très rapidement la machine judiciaire va se mettre en marche.

« Après ce signalement effectué par des témoins, le père de famille se retrouve très vite confronté au tribunal correctionnel. Cela lui a coûté cher….

« 6 mois de prison avec sursis et sa fille placée « 

Même si l’on ne connaît pas les tenant et les aboutissants de l’affaire, il est clair que ce papa est un père aimant, et surtout qui se préoccupe du devenir de ses enfants. Il est au bord des larmes, il s’explique, il se défend, mais rien n’y fait. Le tribunal le condamnera à 6 mois de prison avec sursis pour la gifle mais la justice paloise n’en reste pas là. Les témoignages vont de bon train, et une enquête démarre.

Un juge des enfants est saisi sur la demande de la procureure de Pau, et le père s’enfonce dans un gouffre emportant avec lui le reste de sa famille dans la douleur. Une seule personne selon lui se ravit de la situation.

Il s’agit de la belle-soeur, qui a témoigné contre lui.Violences, mauvais traitements, le père de famille sera accusé d’ignominie les plus infâmes alors qu’il essait chaque jour, d’être à l’image d’un bon père de famille.

Examens médicaux, éducateur à domicile, enquête, la question de la scolarité des enfants sera rapidement évoquée par l’assistante sociale en charge de la mesure d’investigation judiciaire (MJIE). Elle propose le collège privé, le père refuse catégoriquement.

« Un placement qui dure 3 ans et arrive la fugue »

Le juge des enfants se conformera aux menaces de l’assistante sociale réclamant le placement immédiat des enfants, va décider de placer en foyer les deux soeurs âgées de 15 ans.  Sans recours possible, car la décision est exécutoire, par conséquent la machine infernale est lancée.

Au foyer cela ne se passe pas bien.

Le foyer de l’enfance d’Ossau à Pau n’arrive pas à contenir l’adolescente, qui ce vendredi soir, subit des attaques par les autres adolescents du foyer selon son père. Elle finira par réclamer que son père vienne la chercher. Le père ne veut pas plus d’ennuis qu’il a déjà, et finit par faire comprendre à sa protégée qu’il ne peut venir au foyer la reprendre, même s’il a toujours conservé son autorité parentale. La petite adolescente s’en reprend à deux fois, mais rien n’y fait. Elle décide donc de contacter sa tante, qui vole à son secours. Julie est encore en pyjama, et se présente au véhicule de la tante et décide de s’enfuir du foyer avec elle selon son père.

Radio Capitole est alerté de cette fugue. Le père ignorant au moment des faits où se trouve la jeune fille.

Finalement, le foyer alertera le procureur, et les recherches se dirigerons très vite auprès de la tante de Julie. La procureure décide alors afin d’éviter que la jeune fille ne fugue une seconde fois, d’ordonner que celle-ci s’installe provisoirement chez la tante. Pour le père c’est a n’y rien comprendre. La décision étant unilatérale, sans que le père ne puisse donner son accord, ou encore sa position. Selon lui, la tante ne serait pas de bon conseil, pas plus que sa situation très inhibée par l’alcool et la cigarette ne permettrait cette décision étonnante prise par Madame la Procureure de Pau.

« J’ai 7 enfants et mes autres enfants sont également mineurs et sont toujours avec moi donc je ne comprends pas »

C’est donc l’histoire d’une famille déchirée par un dossier selon eux monté de toutes pièces aux fins de leurs arracher les enfants…Une histoire qui chaque jour, peine, père et mère, mais dont ce père de famille voudrait que des réponses à ces questions trouvent une réponse sensée, et non inventée.

Écoutez son témoignage dans notre nouvelle émission, vous avez la parole :

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire