Pays-Bas : le suspect d’un meurtre datant de 1998 pourrait se cacher en France

Les polices néerlandaise et française pensent que Jos Brech se cache actuellement dans les Vosges, où il possède un chalet.

Et si l’une des plus célèbres affaires de meurtre des Pays-Bas se dénouait vingt ans après en France ? Le dossier Nicky Verstappen, du nom de ce jeune Néerlandais de onze ans retrouvé mort à l’été 1998 après avoir été abusé sexuellement en marge de ses vacances dans un camp de jeunesse, a connu mercredi un rebondissement de taille.

Une correspondance ADN avec les traces retrouvées sur le corps du garçon a récemment permis d’identifier un homme « vu pour la dernière fois en France », a indiqué la police locale. Il s’agit de Jos Brech, aujourd’hui âgé de 55 ans. Les autorités des deux pays pensent qu’il se cache actuellement en France, dans les montagnes des Vosges, où il possède un chalet.

Le suspect parti se cacher dans les montagnes ?

Sa famille l’a déclaré disparu en avril, après qu’il leur a annoncé qu’il partait pour une balade en montagne. Jos Brech, qui travaillait auparavant chez les scouts, serait un expert en survie. « Nous sommes persuadés que le suspect est parti se cacher », a annoncé Ingrid Schaefer-Poels, chef de la police de Limbourg, demandant à toute personne ayant des informations de contacter les autorités.

Les nouveaux outils numériques ont aidé la police à développer un profil ADN en 2008 à partir de traces prélevées sur les vêtements de Nicky Verstappen. Aucune correspondance n’avait alors été trouvée. Jos Brech, qui avait été entendu en tant que témoin dans l’affaire, ne s’était pas porté volontaire, ce qui avait forcément créé la suspicion.

L’ADN de plus de 20 000 hommes avait alors été prélevé, faisant de cette affaire la plus grande enquête de lien de parenté jamais réalisée aux Pays-Bas.

Avec AFP

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.