« Momo Challenge » : un député LREM veut alerter le gouvernement

Souvenez-vous notre rédaction vous parlait il y a une semaine du nouveau jeu Challenge des adolescents dans notre édition précédente. Et bien aujourd’hui un député LREM a décidé de briser cette situation en évoquant cette situation catastrophique pour nos adolescents dans une question adressé au Gouvernement. ( Lire notre article sur  » Momo »)

Sur WhatsApp, un certain « Momo » fait pression sur les adolescents pour leur faire faire ce qu’il veut. Le jeu, dangereux, inquiète désormais jusqu’à l’Assemblée nationale.

Tout le monde en parle sur les réseaux sociaux. Depuis quelques semaines, le « Momo challenge » est devenu viral.

Ce nouveau jeu challenge se serait-il inspirer du « Jeu de l’ange » comme dans la saga qui fait actualités la Une de TF1 à savoir « demain nous appartient ».

« MOMO CHALLENGE », LE NOUVEAU JEU DANGEREUX À LA MODE

Depuis quelques semaines, le « momo challenge » affole les jeunes sur la toile. 

Tout commence sur les réseaux sociaux, où est diffusé le numéro du fameux « momo ».

Une fois rentré sur WhatsApp, une application de messagerie cryptée, la personne reçoit la photo d’une femme-oiseau au visage déformé, inspiré d’une poupée créée par Link Factory, un artiste japonais.

Le harceleur lui explique qu’il doit réaliser un certain nombre d’actions et de défis plus ou moins dangereux. L’objectif du challenge : une rencontre avec Momo.

Si l’utilisateur refuse l’une des missions et promet de révéler des informations personnelles à son sujet. Le numéro inconnu passe alors aux menaces.

Momo assigne des tâches quotidiennes aux victimes (se lever à des heures improbables, regarder des films d’horreur ou se mutiler). Le 50e jour, c’est l’ultime défi : se suicider.

Vrai chantage ou fausse histoire qui fait peur, difficile de le dire. 

Pour autant, la multiplication des numéros permettant de rentrer en contact avec « Momo » inquiète.

Une question adressée au gouvernement

Gabriel Attal, député LREM. Photo Charly TRIBALLEAU/AFP

Le député LREM des Hauts-de-Seine, Gabriel Attal, a même décidé d’adresser une question à Gérard Collomb.

Il questionne le ministre de l’Intérieur sur « les dispositions mises en place en France afin de prévenir et protéger les plus jeunes face à cette pratique ».

« Au départ, il n’y avait que deux ou trois personnes qui organisaient ce challenge. Mais maintenant que cela se développe, il est de plus en plus compliqué d’identifier les gens qui en tirent les ficelles », assure le député des Hauts-de-Seine à BFM Tech.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.