Marseille : Une femme qui avait battu son compagnon a été condamnée à 18 mois ferme

Dominique Pettini est une petite femme brune et trapue. Quand, le 11 août dernier, à 18 h 30, elle s’empare d’un couteau, elle est ivre. Quel élément dans la dispute conjugale aura donc été déclencheur ? L’audience d’hier a permis de revisiter le contexte. Une femme jalouse qui, le jour des faits, aurait de surcroît été agacée par le contenu d’une enveloppe dans laquelle le couple mettait de l’argent pour payer les frais ordinaires…

Dominique s’empare d’un couteau de cuisine qu’elle va casser en portant des coups sur Christophe Ruiz, puis d’un deuxième d’une lame de 29 cm… Dominique est chef de cuisine, ex-croupière de casino. Les messages laissés sur le téléphone de son compagnon, ce soir-là, sont sans équivoque. La tension était à son comble : “Gros connard !”, “Enculé de première”. On n’est pas dans le raffinement injurieux du capitaine Archibald Haddock, mais les insultes fusent.

Plaies à la tête dont il porte encore les stigmates, plaie au bras, au doigt et à la tempe. “Quand je suis rentré, elle était en furie, raconte à la barre Christophe. Une minute après, j’avais le doigt sectionné !” “Quand il est arrivé, j’ai eu très peur. Je me suis dit : il va me frapper comme d’habitude”, réplique Dominique, qui évoque des violences antérieures. Pourtant, aucune plainte en ce sens n’a été déposée. Le procureur Pierre-Yves Pezzino évoquera “un décalage entre les propos de la prévenue et les éléments tangibles du dossier”, même si, glissera-t-il, “nous n’étions pas dans l’intimité de ce binôme”. Singulier binôme en effet. Tous deux avaient bu et beaucoup bu. Pour le procureur, il n’y a pas l’ombre d’une légitime défense ni d’une quelconque proportionnalité entre l’acte commis et la menace éventuelle. Aussi a-t-il requis hier soir 3 ans de prison, dont 18 mois ferme contre la mise en cause. En défense, Me Naoële Belahouane a dépeint “une femme qui a agi sous la peur d’être frappée”,mais “une femme qui n’est pas folle”. “Je regrette”, a glissé la prévenue au terme des débats.

Le tribunal lui a finalement infligé 18 mois ferme et 18 mois avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans avec obligation de soins, interdiction de se rendre à Marseille et de rentrer en contact avec la victime. Le couple avait spontanément confirmé à l’audience que la date de péremption de leur amour était dépassée…

D’après la Provence

Laisser un commentaire