EXCLU Radio Capitole : L’aide sociale à l’enfance retire un enfant à sa mère dans la chambre d’hôpital sur décision du Procureur de Mulhouse

Radio Capitole reçoit un appel à la rédaction. Un père souhaite s’entretenir avec notre rédaction afin d’évoquer ce qui se passe en direct à Mulhouse ou sa femme en panique apprend que son fils né récemment va être placé. La brigade se trouve dans la chambre de la maternité, accompagnée de l’Aide sociale à l’enfance.

C’est un témoignage poignant que Radio Capitole vous diffuse en exclusivité.  Celle de parents qui ce matin à l’hôpital de Mulhouse ce sont vu retirer dans la chambre d’hôpital leur fils né le 11 septembre dernier.  Actuellement, la brigade des mineurs accompagnées de l’assistante sociale de l’aide sociale à l’enfance se sont rendues dans la chambre de la mère de famille en l’absence du père de famille. Il a été contacté pour s’entendre dire que leurs cauchemars recommence. L’aide sociale avait précédemment fait menotter la mère dans la chambre d’hôpital pour prendre la petite fille née il y a quelques années. La petite fille avait bénéficié du traitement de la dépakine. La mère étant malade, était victime de se traitement contre les crises épileptiques. 

La Dépakine pourrait être à l'origine d'un scandale sanitaire rappelant celui du Mediator.Contenu notamment dans l’anti-épileptique Dépakine du laboratoire Sanofi et dans d’autres médicaments pour troubles bipolaires, le valproate de sodium peut entraîner de graves conséquences dont des malformations, des retards intellectuels ou des cas d’autisme chez les enfants exposés et les nouveaux-nés. Selon l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM), 14 322 femmes enceintes y ont été « exposées » entre 2007 et 2014. Le Canard enchaîné accuse le ministère de la Santé d’avoir gardé le silence. Le parquet de Paris ouvre, le 23 septembre, une information judiciaire et une première action de groupe d’une association est lancée le 13 décembre contre Sanofi.

 

Selon nos informations, le petit julien est placé sur le motif que la mère est atteinte de troubles épileptiques. Le père accepte de témoigner pour notre Web Radio. Découvrez ce témoignage poignant et n’hésitez pas à partager cette situation. 

Le père de famille explique sa situation, et finit par en sortir des larmes… Celle d’un père qui ne comprend pas le fonctionnement judiciaire, et qui attend des explications. Il indique n’être ni maltraitant, ni défaillant avec ses enfants. Son témoignage bouleverse et vient mettre au grand jour, des interrogations réelles… L’aide sociale à l’enfant abuserait-elle en matière de placement ? 

Vous avez envie de raconter votre histoire? Un événement de votre vie vous a fait voir les choses différemment? Vous voulez briser un tabou? Vous pouvez envoyer votre témoignage à temoin@radiocapitole.fr et consulter tous les témoignages que nous avons publiés.

Le placement abusif est un fléau social, et une honte pour la France. Plusieurs dizaines de milliers d’enfants en sont victimes, ainsi que leurs familles.

La seule justification à ces souffrances est financière : des milliards d’euros d’argent public dépensés par les collectivités vers des structures sociales prêtes à tout pour obtenir une ordonnance de placement qui leur rapporte en moyenne 7000 euros par mois er par enfant.

Le placement abusif, une maltraitance institutionnelle

 

placements abusifs« Si la France ne résout pas les dysfonctionnements de sa protection de l’Enfance, si elle veut occulter la barbarie qui prévaut dans de trop nombreux cas et occasionne une véritable  » maltraitance institutionnelle »   ce sont des dizaines de milliers d’enfants qui connaîtront des traumatismes irréversibles. Les conséquences sont prévisibles tant en ce qui concerne l’équilibre de ces futurs adultes que pour la société qui devra chèrement payer son renoncement aux valeurs du Pays des Droits de l’Homme signataire de la Convention Internationale des Droits de l’enfant ».Philippe Seguin, ancien Président de la Cour des Comptes Rapport de la cour des comptes en 2009

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire