Montréal : Un enseignant en prison après une relation avec son élève de 15 ans

 

Un ex-enseignant de l’École nationale de cirque de Montréal a été condamné vendredi à 14 mois de prison pour avoir partagé des photos à caractère sexuel avec un élève de 15 ans et l’avoir incité à avoir des contacts sexuels. Ses agissements ne constitueraient toutefois pas des crimes dans son Brésil natal, maintient Marcelo Berti Marques, qui risque maintenant d’y être expulsé.

L’homme de 44 ans a plaidé coupable à des accusations par voie sommaire de leurre d’enfant et d’incitation à des contacts en juin dernier. Marcelo Berti Marques a pris contact sur l’internet avec l’adolescent de 15 ans l’an dernier. Il le connaissait de l’école, mais ne lui avait jamais enseigné. Leurs discussions d’abord cordiales ont graduellement pris un virage sexuel au fil des mois.

Le quadragénaire et l’adolescent ont ensuite commencé à s’échanger des photos osées, puis à se dévêtir devant la caméra, à la demande de l’accusé. L’enseignant s’est également masturbé devant la caméra pendant une conversation vidéo avec la victime, selon le résumé des faits. L’adolescent a porté plainte à la police au printemps. Marcelo Berti Marques a été congédié de l’École nationale de cirque, où il enseignait depuis août 2016.

Même s’il a plaidé coupable, l’homme de 44 ans minimise toujours ses gestes, a souligné vendredi le procureur de la Couronne, MJérôme Laflamme, en présentant à la juge une suggestion commune.

Marcelo Berti Marques se déresponsabilise et blâme même la victime pour ne pas l’avoir informé qu’il commettait un crime au Canada en agissant ainsi avec lui, indique un rapport présentenciel. « Cela laisse présager du peu d’intériorisation de M. Berti Marques sur ce qu’il a commis. Ce qui pourrait amener le tribunal à s’inquiéter », a affirmé au juge Me Laflamme.

« Monsieur regrette énormément ses gestes. Il comprend la gravité de ses gestes commis en position d’autorité. Je tiens à souligner que monsieur devra recommencer sa vie à zéro. Sa peine est plus grave que seulement les mois de détention », a indiqué à La Presse l’avocat de la défense, Me Michael Morena. Ce dernier rappelle que son client n’avait aucun antécédent criminel.

La juge Mélanie Hébert a entériné vendredi la suggestion des parties et a imposé une peine de 14 mois de prison à Marcelo Berti Marques. Mais, en soustrayant le temps passé en détention préventive, il ne lui reste que sept mois et trois semaines à purger. Il lui sera interdit d’utiliser les réseaux sociaux pendant sa probation de deux ans. Il devra aussi être inscrit à vie au Registre des délinquants sexuels.

Laisser un commentaire