Justice : 23 ans après une disparue de perpignan , l’enquête reprise à zéro

La jeune femme a disparu le 24 septembre 1995 près de la gare de Perpignan. Les enquêteurs ont repris le dossier à zéro et un suspect a même été placé en garde à vue récemment.

Elle avait 17 ans. Et dans un mois, le 24 octobre, elle pourrait fêter ses 41 ans en famille. Vingt-trois années de vie envolées. D’un vide sidéral. D’un éternel enfer pour ses proches. Vingt-trois ans, ce lundi, que Tatiana Andujar n’a plus donné le moindre signe de vie. Le 24 septembre 1995, vers 19 h 30, elle arrive à la gare de Perpignan après un week-end à Toulouse avec des amies rencontrées durant l’été à Leucate. Des témoins lui ont demandé du feu alors qu’elle fumait une cigarette au bout de l’avenue du Général-de-Gaulle, puis l’ont aperçue attendre devant la cabine téléphonique, passer un coup de fil puis se diriger vers la rue Courteline et monter dans une voiture. Après, plus rien.

Disparues de la gare

Son nom a été inscrit sur l’effroyable dossier des Disparues de la gare de Perpignanpour lequel un homme, Jacques Rançon, a finalement été interpellé 17 ans après puis jugé en mars dernier devant la cour d’assises des P.-O.

Mais, après sa condamnation à la réclusion criminelle à perpétuité pour les meurtres de Moktharia Chaïb et Marie-Hélène Gonzalez, outre une tentative d’assassinat et une tentative de viol sur deux autres jeunes filles en 1997 et 1998 dans ce même quartier de Perpignan, l’affaire n’est pas refermée.

Un suspect en garde à vue il y a quelques mois

Reste le mystère Tatiana que les juges d’instruction et les enquêteurs de l’antenne de la police judiciaire de Perpignan cherchent toujours à percerJacques Rançon n’y est pour rien. Ils en ont la certitude. Il était derrière les barreaux au moment des faits. Néanmoins, son arrestation, en écartant d’abord la piste du tueur unique et en montrant qu’il y a toujours la possibilité d’élucider une énigme quel que soit le temps qui passe, a permis de donner une autre orientation aux investigations que le groupe Crim continue de mener.

Le dossier, d’autant plus complexe en l’absence de corps, de scène de crime et d’indices à exploiter ou à réexploiter, a ainsi été repris à zéro, toutes les pièces ont été relues, une nouvelle analyse a été effectuée et les recoupements se poursuivent avec d’autres cas de violeurs ou tueurs en série.

Voilà quelques mois, un suspect, actuellement écroué pour le meurtre d’une autre jeune file à Perpignan et qui fréquentait les mêmes lieux que la lycéenne, a été placé en garde à vue afin d’être interrogé. Sans être mis en cause.

Si aucune piste sérieuse ne semble se dégager pour l’heure, la disparition de Tatiana demeure toujours un fil rouge. Et l’espoir demeure qu’un jour…sa famille puisse arrêter de compter les années.

D’après L’indépendant 
 

Laisser un commentaire