Espagne: Les parents d’une petite fille avaient fait croire à une maladie, ils récoltent 1 million d’euros

Aujourd’hui à Lerida, en Espagne, démarre le procès des parents de la petite Nadia. Ils sont poursuivis pour « escroquerie » mais aussi pour « exhibitionnisme, provocation sexuelle et exploitation sexuelle ». L’affaire avait fait grand bruit en Espagne lorsque le scandale éclata début 2017. Si l’affaire scandalise autant, c’est que, depuis des années, Fernando Blanco, 52 ans, multipliait les apparitions dans les médias espagnols avec sa fille, affirmant qu’elle était sur le point de mourir et implorant des dons pour la sauver.

Le public avait été séduit par Nadia, timide mais attachante, et par la quête héroïque d’un traitement racontée par son père, pourtant déjà condamné par le passé pour escroquerie. Fin novembre 2016, Fernando Blanco avait expliqué avoir besoin d’argent pour payer un traitement révolutionnaire basé sur la manipulation génétique dans un hôpital de Houston, aux Etats-Unis à sa fille, Nadia. Cette fillette de 11 ans était atteinte de trichothiodystrophie, une affection génétique rare qui, sans traitement, peut provoquer perte de cheveux, problèmes de peau, mais aussi retards mentaux et de croissance, voire la mort dans les cas les plus sévères.

Le père avait notamment raconté avoir passé un mois en Afghanistan « sous les bombes » 

Les Espagnols avaient été séduits par cette gamine, timide mais attachante et par son père en quête d’un traitement miracle pour sauver sa fille. Il avait notamment raconté avoir passé un mois en Afghanistan « sous les bombes » pour rendre visite à un généticien caché dans une grotte. Alors quand ce père a fait appel à la générosité, les Espagnols avaient répondu présents en offrant près d’un million d’euros. Mais après une enquête poussée, le quotidien El Pais dévoilait la supercherie : non seulement la petite fille était hors de danger mais le quotidien n’avait trouvé aucune trace d’un quelconque voyage du père que ce soit en Afghanistan ou aux Etats-Unis. Le parquet espagnol avait ouvert une enquête. Quelque temps après, le père avait été arrêté à la frontière française tentant de passer avec de l’argent liquide, un pistolet et une clé USB.

Première constatation des policiers, sur les 918 000 euros récoltés pour soigner leur fille, les parents avaient dépensé 600 000 euros et ainsi acheté une maison, une voiture et des montres de luxe. Le reste de l’argent dormait à la banque avant que le père ne le prenne avant de s’enfuir. Dès lors la solidarité des Espagnols s’était transformée en colère. À tel point que cette tromperie avait provoqué une chute des dons pour la recherche sur les maladies.

Enquête pour « exhibitionnisme, provocation sexuelle et exploitation sexuelle »

Mais une deuxième enquête avait été ouverte après la découverte, sur la clé USB récupérée sur le père lors de son interpellation, de photos de Nadia dénudée. Dans leur déclaration, les parents ont expliqué que les photos servaient uniquement à surveiller l’évolution de la maladie de Nadia. « Il n’y a rien de spécial [dans ces photos], ni à contenu pornographique, sexuel ou d’exploitation », a assuré à la presse leur avocat, Alberto Martin.

Les explications n’avaient pas convaincu le juge, qui avait ouvert une enquête pour « exhibitionnisme, provocation sexuelle et exploitation sexuelle » contre les parents, qui s’ajoute à la procédure pour escroquerie entamée en décembre.

D’après la DPM 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.