Société : Le budget affecté au 119 Enfance en Danger rehaussé

Le 119, numéro gratuit “Allô Enfance en danger”, menacé d’une baisse de subvention en 2019, va finalement voir sa dotation de l’État “rehaussée”.

La semaine passée, les salariés du Giped (qui réunit le numéro d’alerte 119-Allô enfance en danger et l’Observatoire national de la protection de l’enfance) tiraient la sonnette d’alarme : si l’Etat ne rehaussait pas son budget, ses activités étaient compromises.

Ils semblent avoir été entendus. Ce vendredi, l’intersyndicale, qui était soutenue par la présidente du Giped, Michèle Berthy, et les départements (qui financent pour moitié le Giped), ont annoncé que la ministre de la Santé et des solidarités Agnès Buzyn avait décidé de revenir à la dotation budgétaire de 2017, plus importante que celle qui avait été dévolue en 2018 et de celle prévue pour 2019.

“Ce retour permet au Giped de poursuivre ses missions d’écoute, de transmission, de de recherche et de mise à disposition de données chiffrées pour la protection de l’enfance. Nous pourrons donc continuer à œuvrer pour les enfants d’aujourd’hui et de demain, au moins pour 2019. De plus, concrètement, un CDD en fin de contrat a pu être pérennisé”, annonce l’intersyndicale.

“Nous restons vigilants”

Les salariés annoncent néanmoins rester sur le qui-vive : “Mme Buzyn prévoit la mise en place d’une mission d’appui de l’Etat afin d’améliorer “l’organisation et l’efficience” du service. Nous resterons particulièrement vigilants quant à cela mais également pour les années à venir, afin que le Giped ne subisse plus de coupes budgétaires et que nos conditions de travail ne soient plus remises en question”.

Lancé en janvier 1990 pour participer à la prévention des mauvais traitements des mineurs, le numéro gratuit Allô enfance en danger a reçu près de 470 000 appels en 2016, dont près de 33 000 ont donné lieu à un traitement, soit environ 90 par jour.

Dans 11 % des cas, c’est l’enfant en danger lui-même qui décroche son téléphone.

Laisser un commentaire