« C’est quoi être un bon parent? », interroge SOS Homophobie dans un film diffusé depuis mercredi à l’occasion du lancement de sa campagne pour l’extension de la PMA, qui invite la « majorité silencieuse » de Français favorables à cette mesure à s’exprimer.

« Nous ne voulons pas d’une hystérisation du débat comme en 2012-2013 avec le mariage pour tous. Il y a aujourd’hui un risque similaire de voir les termes du débat être définis par une minorité radicale », a expliqué jeudi Joël Deumier, président de SOS Homophobie, lors d’un point presse.

« Il y a une majorité de Français favorables à cette mesure mais qui ne le disent pas forcément. Nous les appelons à s’exprimer publiquement », a-t-il ajouté.

Selon les derniers sondages, entre 60 et 75% des Français sont favorables à l’ouverture de la procréation médicalement assistée, actuellement réservée aux couples hétérosexuels infertiles ou risquant de transmettre une maladie à l’enfant.

« Les gens ne sont pas inquiets. Mobiliser les +pour+ est toujours plus compliqué face à une minorité très mobilisée et très mobilisable », a reconnu Véronique Cerasoli, bénévole chez SOS Homophobie, alors que la présidente de la Manif pour tous, Ludovine de la Rochère, a prédit « des manifestations très importantes » en cas d’élargissement de la PMA.

« On veut sensibiliser, distribuer des tracts, faire de la pédagogie partout en France grâce à nos 18 délégations régionales », a expliqué Joël Deumier.

A l’appui de cette campagne, un film intitulé « C’est quoi être un bon parent? », diffusé sur les réseaux sociaux mercredi soir, où l’on aperçoit un couple de lesbiennes et leur fils dans différentes scènes de la vie quotidienne. « Le message est simple: tout le monde devrait avoir le droit d’être un bon parent », a souligné le président de SOS Homophobie.

Par ailleurs, dans une tribune jeudi à franceinfo, 90 femmes ayant eu recours à la PMA à l’étranger interpellent les médias pour qu’ils donnent davantage la parole aux personnes « directement concernées ». « Chers journalistes et rédacteurs en chef, pour cinq opposants à la PMA, combien de lesbiennes avez-vous interrogées? Le décalage est criant et le combat médiatique, inégal », écrivent les signataires.

Le gouvernement compte déposer un projet de loi sur les questions de bioéthique, y compris la PMA, avant la fin de l’année, en vue d’un débat au Parlement début 2019.

AFP 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.