Affaire DAVAL : Ce que l’on sait de la découverte fragilisant la défense de Jonathann

Les investigations continuent concernant le meurtre d’Alexia Daval, disparue dans la nuit du 27 au 28 octobre 2017 à Gray-la-Ville (Haute-Saône), puis dont le corps avait été découvert en partie calciné quelques jours plus tard sous des branchages à Esmoulins.

Alors que son mari Jonathann, principal suspect du meurtre, a été mis en examen en janvier, on apprenait le 17 octobre dernier que seul son ADN avait été retrouvé sur le corps d’Alexia.

Une trace de sperme

On en sait un peu plus sur cette fameuse trace ADN retrouvée sur le short de la jeune femme : il s’agissait d’une trace de sperme, rapportent nos confrères de l’Est Républicain.

Jonathann Daval a justifié la présence de cette trace : il affirme que sa femme et lui ont eu une relation sexuelle dans les jours précédant la disparition de cette dernière.

La présence de cet élément fragilise la théorie selon laquelle le mari d’Alexia Daval aurait bénéficié d’une complicité.

Laisser un commentaire