EURE-ET-LOIR – Elle découvre que son père n’est pas son vrai père lors d’un procès pour viol

Les deux hommes ont été condamnés à 15 ans et 5 ans de réclusion par la cour d’assises d’Eure-et-Loir pour le viol d’une fillette dont ils avaient falsifié l’identité, se faisant passer pour son père et son oncle.

Une jeune femme de 18 ans accusait son père et son oncle de l’avoir violée toute son enfance  La plainte remonte à 2016 depuis la jeune femme a découvert qu’ils n’étaient pas de sa famille.

D’origine africaine, elle a aujourd’hui 19 ans. Elle pensait n’en avoir que 18. Car même sa date de naissance avait été trafiquée. Elle ne s’appelle pas Rosetta (*). Les deux accusés ne sont pas ceux qu’elle pensait. Elle l’a appris au cours de l’enquête, après sa plainte pour viol, déposée au commissariat de Chartres, en 2016.

Depuis qu’elle a porté plainte en 2016, la jeune femme est à la recherche de sa véritable identité. Jusque-là, elle était persuadée se prénommer Rosetta (*), âgée de 16 ans.

Arrivée en France à 4 ans, elle vit d’abord chez son oncle, puis chez son père

D’origine africaine, elle était venue en France à l’âge de 4 ans. Elle a vécu jusqu’à l’âge de 10 ans chez l’un de ses oncles en région parisienne, avant d’être accueillie par son père, à Mainvilliers.

Au moment de sa plainte, elle affirme aux policiers, qu’elle a été régulièrement violée par son père, de ses 10 ans à ses 16 ans.

Des viols commis par son oncle et par son père

Elle explique que, compte tenu de la configuration de l’appartement, elle dormait dans le même lit que lui. Il en aurait profité pour lui imposer des relations sexuelles.

Elle a également dénoncé d’autres viols, commis cette fois par son oncle.

Les deux hommes, âgés aujourd’hui de 46 et 50 ans, nient ces crimes. Ils ont été condamnées tous les deux par la Cour d’Assises à l’époque (Avril 2018). 

Laisser un commentaire