Trois ans après les attaques du 13 novembre 2015, un hommage national a été rendu ce mardi aux victimes, avec un cortège reliant les six lieux des attentats djihadistes les plus meurtriers commis en France, de Saint-Denis à Paris.

Ce soir-là, neuf hommes avaient mené une série d’attaques aux abords du Stade de France et dans la capitale, à des terrasses de bars et restaurants et dans la salle de concerts du Bataclan, faisant 130 morts et plus de 350 blessés.

  • Le président Emmanuel Macron était absent. Le Premier ministre Edouard Philippe, accompagné de plusieurs ministres, s’est chargé de représenter l’Etat à la tête du cortège.
  • Une marche est partie du Stade de France, où trois premiers djihadistes s’étaient fait exploser.
  • Le cortège a rallié les terrasses des bars et restaurants parisiens visées par les fusillades, où 39 personnes ont trouvé la mort.
  • Le parcours s’est achevé à 11h30 devant le Bataclan, la salle de concerts du XIe arrondissement où 90 personnes ont été assassinées. Dans la foule, des proches des victimes, des élus locaux, ainsi que l’ancien ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve et le maire de Londres, Sadiq Khan.

> Revivez l’hommage :

11h55. Une cérémonie devant la mairie du XIe arrondissement. Les associations de victimes Life for Paris et 13onze15 ont prévu une cérémonie commémorative devant la mairie du XIe arrondissement, avec des discours, quelques morceaux de musique ainsi qu’un lâcher de ballons à 12h30.

11h50. Édouard Philippe auprès des proches des victimes. Le Premier ministre a pris le temps de saluer les proches des victimes réunis devant le Bataclan. La ministre de la Justice Nicole Belloubet a également échangé quelques mots avec les personnes présentes.

11h45. Sadiq Khan et Bernard Cazeneuve dans la foule. Le Premier ministre Édouard Philippe et la maire Anne Hidalgo ont salué Bernard Cazeneuve, ministre de l’Intérieur lors des attentats du 13 novembre, ainsi que Sadiq Khan, le maire de Londres, venus pour offrir leur soutien aux victimes. Après la minute de silence, les deux hommes ont discuté avec des élus locaux et des représentants d’associations de victimes.

11h40. Les maires pourront être informés des risques de radicalisation islamiste. Avant de rejoindre l’hommage aux victimes du 13 novembre, le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a annoncé la signature d’une circulaire mardi permettant aux maires d’être informés des risques de radicalisation islamiste sur leurs communes, promesse faite en mai par Emmanuel Macron lors du congrès des maires de France.

11h30. Fin du parcours devant le Bataclan. Nouveau moment de recueillement pour le cortège, qui a rejoint le Bataclan, la salle de concerts où 90 personnes ont perdu la vie il y a trois ans. Dans le public, des familles de victimes, de nombreux médias ainsi que des pompiers et des ambulanciers. Aucune prise de parole n’est prévue pour cet hommage, dont le maître mot est la sobriété.

Revivez la cérémonie d’hommage au Bataclan.

Dans le quartier du Bataclan, la vie a repris, mais la mémoire des attentats est toujours vive. Pour mieux mettre en avant une plaque commémorative située dans un square en face de la salle, la Ville de Paris et les associations de victimes se sont mises d’accord pour réaliser un marquage au sol qui part de la façade du lieu.

10h45. Deuxième recueillement dans le XIe arrondissement. Les ministres et représentants locaux ont observé une autre minute de silence devant Le Comptoir Voltaire, un autre restaurant près duquel un kamikaze s’est fait exploser le 13 novembre 2015.

10h20. Devant les terrasses touchées. Le cortège est arrivé dans le XIe arrondissement de Paris, où se situent les restaurants et bars (Le Carillon, Le Petit Cambodge, La Bonne Bière, La Belle Equipe) visés par les terroristes il y a trois ans. Le groupe est composé de proches des victimes et d’associations, ainsi que d’élus. Édouard Philippe a observé une minute de silence aux côtés d’Anne Hidalgo, la maire de Paris.

10h10. Une campagne « contre l’ignorance ». La fédération Alma, qui réunit une cinquantaine d’associations de banlieues, lance ce mardi une campagne sur les réseaux sociaux « contre l’ignorance, pour la tolérance, le respect et le partage ». L’objectif ? Recueillir des témoignages de citoyens français sous la forme de vidéos.

Publiez vos vidéos avec le hashtag #lafrancedapres sur Facebook (www.facebook.com/lafrancedapres/) ou Twitter (twitter.com/france_apres).

9h45. « A la mémoire de Manuel Dias. » Le ministre de l’Intérieur Christophe Castaner a publié un tweet rendant hommage à Manuel Dias, la seule victime civile du Stade de France.

9h25. « Je m’en souviens comme si c’était hier. » Le porte-parole du gouvernement, Benjamin Griveaux, a rendu hommage aux victimes du 13 novembre sur Twitter. « Je me souviens de ce 13 novembre 2015 comme si c’était hier », se rappelle-t-il. « Des familles meurtries. Un peuple blessé. Serrer dans ses bras des inconnus, nos semblables. Et les jours d’après, les drapeaux aux fenêtres, la France debout. Plus que jamais, Paris ensemble. »

9h15. Plusieurs ministres à Saint-Denis. Accompagné de plusieurs ministres, dont Nicole Belloubet et Christophe Castaner, le Premier ministre Édouard Philippe a déposé une gerbe de fleurs près du Stade de France, aux côtés de Laurent Russier, le maire de Saint-Denis. Une minute de silence a été observée.

9h10. Une page dédiée aux victimes. En 2015, nous avons conçu un mémorial rassemblant les portraits des victimes des attaques de Paris et Saint-Denis. Retrouvez-les ici.

8h50. Macron absent. Pour la première fois, le président de la République ne se rend pas à la cérémonie anniversaire.

8h40. Tué dans son appartement. Dans les colonnes du Parisien ce matin, le témoignage de Maud Hache, mère de Stéphane tué le 13 novembre 2015 dans son appartement près du Bataclan, d’une balle tirée par les terroristes.

8h30. En présence du maire de Londres. La cérémonie d’hommage va débuter en présence du Premier ministre Édouard Philippe, de la maire de Paris Anne Hidalgo et du maire de Londres, Sadiq Khan.

Avec AFP 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.