Loi anti-fessée: pour Brigitte Macron, “on n’apprend pas à vivre par la violence”

Les parents ont-ils encore le droit d’user de la fessée pour éduquer leurs enfants ? Les parlementaires s’interrogent sur le sujet à partir de ce jeudi et se prononceront le 29 novembre. Mais pour Brigitte Macron, la réponse est déjà toute trouvée:

“On n’apprend pas à vivre par la violence, ce n’est pas de cette société-là que l’on veut”, s’est exprimée la première dame France en déplacement dans un collège de Clamart, en région parisienne. “L’enfant n’est pas un droit, l’enfant est un devoir. On doit l’aimer, et à partir de ce moment-là il est armé pour la suite”.

“Aucune violence n’est éducative”

De son côté, Marlène Schiappa a également manifesté son soutien envers cette proposition de loi “parce que je crois qu’il n’y a aucune violence [qui soit] éducative, il n’y a pas de petite claque”, a-t-elle déclaré, interrogée sur France Info.

“C’est ma position personnelle, a-t-elle précisé. Mais en 2018, je ne vois pas qui pourrait défendre l’usage de la fessée et des violences ordinaires éducatives.”

Une disposition anti-fessée excluant “tout traitement cruel, dégradant ou humiliant, y compris tout recours aux violences corporelles” avait été déjà incluse dans la loi “Égalité et citoyenneté”, adoptée en décembre 2016. Mais l’article avait été censuré en janvier 2017 par le Conseil constitutionnel, jugé sans lien évident avec le projet de loi initial.

1 thought on “Loi anti-fessée: pour Brigitte Macron, “on n’apprend pas à vivre par la violence”

  1. Dame Macron ferait mieux de se taire, ayant eu des pratiques certainement plus perturbantes qu’une claque sur les fesses..! Elle a volé l’adolescence de Macron à l’âge de quinze ans.. Une pédophile !!

Laisser un commentaire