L’enfant avait été plongé dans la coma et était décédé un mois plus tard. 

L’autopsie avait révélé que le nourrisson avait été victime du syndrome du bébé secoué. 

Le père, âgé de 32 ans, avait reconnu avoir agité violemment son enfant, à deux reprises, pour faire taire ses pleurs. 

Puis il était revenu sur ses aveux et avait accusé sa compagne. 

Il a été condamné vendredi par la cour d’assises de la Sarthe, à cinq ans de prison, dont un an avec sursis. 

Laisser un commentaire