Un homme était jugé pour violences ayant entraîné la mort sur un nourrisson de onze semaines dont il ne supportait plus les cris. Beau-père de la petite victime, il a été condamné à 15 ans de prison, rapporte Le Parisien.

Cet ancien employé des espaces verts est « un pauvre type, un garçon sans ossature », comme le décrit son avocate. Le portrait dressé par l’avocate-générale n’est pas plus brillant : elle a estimé « qu’il se complaît dans le néant ».

« Immature et peu enclin à l’élaboration mentale »

Les faits remontent au 11 octobre 2015, vers 2 heures du matin. L’homme a attrapé le bébé et l’a secoué avant de lui fracasser le crâne sur le montant du lit. Partie promener son chien, la mère ne s’est rendu compte du décès de sa fille qu’au petit matin, vers 8 heures. Son compagnon avait recouché le bébé mort comme si de rien n’était.

Face à la cour d’assises, l’homme a admis que ce n’était pas la première fois qu’il frappait l’enfant. De leur côté, les experts ont estimé qu’il s’agissait d’un « garçon fruste, immature et peu enclin à l’élaboration mentale ». Après trois ans de détention provisoire, il a donc repris le chemin de la prison pour quinze autres années.

Laisser un commentaire