PAU : Le combat continu pour les Gilets Jaunes Palois

Mouvement des gilets jaunes, à la barrière de péage de Pau-centre (Pyrénées-Atlantiques)• Crédits : Quentin Top/PHOTOPQR/SUD OUEST - Maxppp

En Béarn, les gilets jaunes poursuivent leur occupation du péage de Pau. Mais la mobilisation avait faibli et les premières crispations dans l’organisation des gilets jaunes du 64 se font ressentir.

La porte-parole des manifestants, Léa, a indiqué sur Facebook que le programme des manifestations à venir pour la fin de semaine était « annulé ». Seul reste la journée de samedi, qui, pour l’instant, ne comporte qu’un seul événement : une marche « citoyenne », à partir de 10h, au départ du parking du Zénith de Pau. L’annulation a été expliquée par la jeune Béarnaise face aux « multiples reproches et messages virulents » envoyés par certains manifestants aux organisateurs du mouvement.

En France, selon le ministère de l’Intérieur, la mobilisation a rassemblé mercredi quelque 15.000 personnes, loin des 290.000 recensés samedi, hors de tout cadre politique ou syndical.

Depuis samedi, deux personnes ont trouvé la mort -un motard après une collision avec une camionnette qui tentait d’éviter un barrage et une manifestante renversée par une automobiliste-, 585 ont été blessées, auxquelles s’ajoutent 115 blessés côté forces de l’ordre, selon Beauvau.

Au total, 745 personnes ont été interpellées et près de 600 placées en garde à vue, selon le ministère. Selon la Chancellerie, plus de 100 personnes ont été renvoyées en correctionnelle depuis le début du mouvement.

Les “gilets jaunes” se retrouvent encagés par des CRS, selon leur expression, c’est-à-dire d’abord escortés, puis encadrés et de plus en plus contenus jusqu’à être nassés plus ou moins aimablement. Les “gilets jaunes” ne forment pas un seul et même cortège. Ils avancent par groupe, disséminés et difficiles à contenir. Ils racontent pourquoi ils se mobilisent.

Bayrou appelle Macron à “réfléchir”

Après plusieurs jours de silence, le maire de Pau prend la parole à propos des gilets jaunes. Il appelle l’exécutif à réfléchir sur les augmentations futures des taxes sur le carburant.

 “Une nouvelle étape d’augmentation des taxes sur les carburants est prévue au mois de janvier: cela mérite que nous y réfléchissions“, a estimé mercredi le patron du MoDem et partenaire de la majorité, François Bayrou, dans un entretien au Figaro.

“La trajectoire définie à partir de 2007, sous l’impulsion de Nicolas Hulot, était claire : une augmentation progressive des prix pour conduire à une baisse de la consommation des hydrocarbures. Mais peut-être n’avons-nous pas assez réfléchi au “progressivement””, fait valoir l’éphémère ministre de la Justice d’Emmanuel Macron, qui propose de “reprendre l’idée d’une modulation des taxes en fonction du coût du baril du pétrole“.

Un Lassalle stupéfiant en pleine assemblée : 

“Monsieur Lassalle, je vous rappelle au règlement. Veuillez immédiatement retirer ce gilet (jaune)…“, lui demande Richard Ferrand. Plus haut dans les gradins, Jean Lassalle reste stoïque. Depuis son perchoir, le président de l’Assemblée nationale lui indique alors que “ce rappel sera inscrit au procès verbal et qu'(il) en subira les conséquences.”

Pas de quoi déstabiliser le député béarnais, toujours dans une posture défiante. Face à cette attitude, Ferrand décide de suspendre la séance.

Quand aux gilets jaunes palois : Une cinquantaine de gilets jaunes bloquaient et filtraient les automobilistes. L’action gratuité aux péages continue en parallèle. Le combat des palois est sans contestation un des plus pacifique de l’aquitaine, et s’il fallait le préciser mais ont le savait déjà, nos palois sont bien décidés à faire durer le mouvement aussi longtemps que Monsieur MACRON restera installé  dans ses appartements de l’Elysée… 

Laisser un commentaire