C’est la chaîne de télévision Global News qui rapporte cette nouvelle incroyable, mais vraie. Au Canada, dans la ville de Vancouver, un policier s’est fait licencier pour avoir envoyé des photos de lui nu à des victimes de violences conjugales. Le plus honteux dans cette histoire c’est que cela a commencé en avril 2017. Ainsi, cela fait un an et demi qu’il envoie des photos de lui nu à des femmes qui se sont fait violenter par leur mari. Un véritable manque de respect qui n’est pas digne d’un policier.

Le policier, dont l’identité n’a pas été révélée, avait donc pris l’habitude d’envoyer des photos nu de lui à des femmes en complète détresse puisqu’elle venait de vivre des épisodes très violents dans leurs vies amoureuses respectives. Même si son équipe a été avertie en avril 2017, il fallait suffisamment de preuves à la police de Vancouver pour pouvoir le renvoyer et entamer des poursuites envers lui. Le fait qu’il utilise son téléphone de travail pour envoyer ses photos nues a beaucoup fait avancer l’enquête. 

Il faut dire qu’il n’a pas été très discret dans ces agissements, en effet la moindre des choses aurait été d’utiliser son téléphone personnel pour faire ce genre de chose, mais il n’a pas eu la présence d’esprit de faire ça. Peut-être que le fait qu’il utilise son numéro de téléphone professionnel jouait beaucoup dans son petit jeu d’intimidation envers ces femmes. L’enquête nous le dira.

D’après les informations de Global News, il y aurait cinq femmes qui ont été harcelées par ce policier. Le plus fou dans cette histoire c’est que trois d’entre elles seraient affiliées au crime organisé, ce qui donne une dimension encore plus chaotique à cette histoire. Mais ce n’est pas tout ce policier ne s’est pas arrêté là. En effet, parfois il faisait la régulation du trafic sur la route et se permettait d’envoyer également des photos de nu lui à des femmes qui faisaient une infraction sur la route. En d’autres termes, il ne s’arrêtait jamais et utilisait même la base de données de la police pour repérer ses prochaines victimes.

Autant vous que le ce policier a beaucoup de choses à se reprocher. D’ailleurs, Global News explique qu’il fait face à 25 chefs d’accusation. Une enquête est actuellement en cours et une fois qu’elle sera terminée, ce policier va devoir répondre de ses actes devant un tribunal qui on imagine sera intraitable avec lui. Il faut dire qu’il ne s’agit pas d’une très bonne publicité pour la police de Vancouver et pour la police en général. En effet, les policiers sont censés nous protéger contre ce genre de personnes qui font du harcèlement sexuel. Alors que pouvez-vous faire quand votre harceleur est un policier ? Il s’agit littéralement d’un abus de pouvoir qui peut détruire des vies. 

Laisser un commentaire