Dans ce document, il a consigné ce qu’il se serait passé le jour supposé de la disparition de la joggeuse.

C’est un document retrouvé dans l’ordinateur de Jonathann Daval. Mis en examen après des aveux le 30 janvier pour “meurtre sur conjoint” dans le dossier Alexia Daval, retrouvée sans vie dans le bois d’Esmoulins près de Gray, en Haute-Saône, le 30 octobre 2017, l’informaticien de 35 ans a depuis changé de version pas moins de cinq fois. Il assure aujourd’hui que c’est son beau-frère, Grégory Gay, qui aurait tué la jeune femme en tentant de la maîtriser lors d’une de ses “crises” dont elle aurait été coutumière. Il avait évoqué “un pacte secret” scellé au sein de sa belle-famille pour dissimuler les faits. Une défense “odieuse et indécente” pour l’avocat de Grégory Gay.

C’est un document retrouvé dans l’ordinateur de Jonathann Daval. Mis en examen après des aveux le 30 janvier pour “meurtre sur conjoint” dans le dossier Alexia Daval, retrouvée sans vie dans le bois d’Esmoulins près de Gray, en Haute-Saône, le 30 octobre 2017, l’informaticien de 35 ans a depuis changé de version pas moins de cinq fois. Il assure aujourd’hui que c’est son beau-frère, Grégory Gay, qui aurait tué la jeune femme en tentant de la maîtriser lors d’une de ses “crises” dont elle aurait été coutumière. Il avait évoqué “un pacte secret” scellé au sein de sa belle-famille pour dissimuler les faits. Une défense “odieuse et indécente” pour l’avocat de Grégory Gay.

Car les dernières avancées sur le meurtre de son épouse viennent fragiliser cette nouvelle version de Jonathann Daval. Ainsi, une bombe aérosol saisie au domicile du couple pourrait l’impliquer dans la crémation du corps de sa femme, fait qu’il a toujours nié. Un objet, qui peut “parfaitement correspondre” selon les experts, avait été découvert près du cadavre calciné d’Alexia. Autre élément troublant : la présence du seul ADN de Jonathann Daval sur le corps de son épouse. Mais ce n’est pas tout. Les enquêteurs ont trouvé dans l’ordinateur de l’informaticien un fichier Word que Sept à Huit révèle ce dimanche. Jonathann l’aurait écrit lui-même une dizaine de jours après la disparition de sa femme. Dans ce document de deux pages, il consigne ce qu’il se serait passé le samedi 28, le jour supposé de la disparition d’Alexia, alors qu’à cette date elle est déjà morte. 

Un document écrit dix jours après la mort d’Alexia

“Lever tous les deux 7 heures et déjeuner ensemble devant série Grinder. Elle (Alexia, ndlr) a déjeuné un peu de salade de fruits”, écrit Jonathann dans ce document. “Avant 9 heures, salle de bain. Elle s’habille en vêtements de sport : débardeur rose, tee-shirt gris, lunette rouge, short noir, chaussettes blanches , baskets roses et gilet de sport coton rose. J’ai vidé le lave-vaisselle, étendu le linge. J’ai pris une douche. 9 heures 15, bisou, câlin. Je suis allé chez mes parents vider le seau à compost, j’ai bu un café avec ma maman. Monsieur Dumont m’a vu sur le rond-point. Je suis allé au bar, boire un café, voir Jean-Pierre. Je suis retourné à la maison, elle n’était toujours pas rentrée. On est allé à la maison, aux urgences, et à la gendarmerie vers 11 heures 45.” Il est dès lors légitime de s’interroger sur la raison qui a poussé Jonathann Daval à prendre le temps de coucher noir sur blanc ce scénario, dix jours après la mort de sa femme et deux mois avant qu’il soit placé en garde à vue. 

En attendant, deux confrontations, l’une entre l’auteur présumé du meurtre et la famille d’Alexia Daval et l’autre avec le couple Gay, vont avoir lieu le 7 décembre prochain, à Besançon. L’avocat de la sœur et du beau-frère de la victime avait formulé cette demande début octobre. Avant cela, Jonathann Daval sera réentendu seul par le juge d’instruction, jeudi 29 novembre. Le magistrat tentera de “fixer” la version que l’auteur présumé du meurtre d’Alexia entend soutenir.

D’après LCI 

Laisser un commentaire