Les récrés, le goûter, les parties de cache-cache, de loup, les dessins, les activités manuelles… L’évocation de l’école maternelle fait généralement remonter de bons souvenirs d’un temps qui paraissait plus simple.

Les enseignants en maternelle bénéficient certainement de la tendresse de ces souvenirs. Selon une enquête OpinionWay pour le think tank Vers le haut (centre-droit) et la MAIF, et dont Franceinfo et Le Parisien révèlent les résultats ce mercredi, 91% des jeunes et 93% des parents interrogés ont une opinion favorable des enseignants en maternelle, devant ceux du primaire (respectivement 87% et 88%) et les assistantes maternelles (85% et 84%).

Viennent ensuite les éducateurs, enseignants actuels, professeurs d’université, puis de collège/lycée, et enfin en tout dernier, les chefs d’établissements scolaires, qui ne récoltent l’affection « que » de 60% des jeunes et 69% des parents, ce qui reste un haut score.

De la reconnaissance et de la confiance

Le baromètre précise que les jeunes (entre 16 et 26 ans selon la méthodologie) sont plutôt reconnaissants (70%) et confiants (69%) plutôt que déçus ou méfiants (à peine un tiers des interrogés) vis-à-vis de leurs enseignants.

La reconnaissance ne semble pourtant pas attirer. Seul un jeune sur 10 dit avoir « tout à fait » envie d’exercer dans le domaine de l’éducation. Au total, ils sont 66% à ne pas être tentés par ce type de carrière, contre un tiers qui le considère.

Enquête menée en France par OpinionWay en novembre 2018 pour Vers Le Haut et la MAIF, auprès d’un échantillon représentatif de 1 007 jeunes, entre 16 et 26 ans; avec, en miroir un échantillon représentatif de 1 070 parents d’enfant(s) de moins de 26 ans et un échantillon de 401 chefs d’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.