Quatre confrontations, quatre face-à-face qui s’annoncent intenses. Ce vendredi, Jonathann Daval, le meurtrier présumé de son épouse, va se retrouver dans le même bureau que son ancienne belle-famille. Tour à tour, Isabelle Fouillot, Jean-Pierre Fouillot, les parents, Stéphanie Gay et Grégory Gay, la soeur et le beau-frère d’Alexia, vont pénétrer dans le bureau du juge d’instruction de Besançon en charge du dossier sur le meurtre de la jeune femme.

Ces confrontations ont été réclamées par les parties civiles après un nouveau revirement dans l’enquête sur la disparition et la mort d’Alexia Daval. Après avoir nié puis avoué, son mari Jonathann Daval a, en juin dernier, accusé son beau-frère d’avoir tué la jeune femme après que celle-ci fasse une crise d’hystérie au cours d’un repas. La famille a alors, selon lui, conclu un pacte. Une version qu’il a maintenue lors de sa dernière audition devant le juge. Tous nient farouchement ce scénario.

« Nous avons réclamé cette confrontation, nous l’avons obtenue et nous espérons qu’elle fasse considérablement avancer les lignes », estime Me Gilles-Jean Portejoie, l’avocat de Grégory et Stéphanie Gay.

Confrontations intenses

Entendu la semaine dernière par le magistrat instructeur, Jonathann Daval a maintenu sa version, et ce, malgré les éléments matériels du dossier qui contredisent son récit. Eléments sur lesquels il est resté « évasif ». « Nous voulons l’avoir en face de nous, nous voulons le regarder droit dans les yeux, et lui poser un certain nombre de questions auxquelles nous espérons qu’il va répondre », poursuit l’avocat, qui décrit ses clients comme « combatifs ».

« Nous voulons tout savoir: pourquoi ces coups? Comment a-t-il pu les porter? Etait-il tout seul? », insiste encore l’avocat.

Pour la première fois depuis son arrestation, Jonathann Daval va revoir les parents, la soeur et le beau-frère de sa femme. Un moment qui s’annonce particulier pour l’homme de 34 ans, un temps placé en unité médico-psychologique. « Faire confronter une personne seule à deux couples, même à un seul couple puis le deuxième dans un second temps, n’est pas satisfaisant. Il fallait que ça soit un à un, tous les couples dans ce dossier est très important », détaille la défense de Jonathann Daval, qui craint particulièrement le face-à-face avec Isabelle Fouillot, la mère d’Alexia.

Les avocats de Jonathann Daval estiment par ailleurs que les dernières parutions dans la presse n’avaient que pour but de « déstabiliser » leur client à quelques jours de ce rendez-vous important.

D’après BFM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.