L’homme de 29 ans nommé Artem Eydelman fait maintenant face à une grave accusation de meurtre au premier degré suite au décès d’une fillette de 7 semaines, Gwendolyn Eydelman.

C’est le 17 novembre dernier que des agents de police du Pinellas County Sheriff’s Office ont reçu un signalement les informant qu’un bébé inconscient se trouvait à Largo.

Aux dires des premiers agents qui sont intervenus sur les lieux, la petite Gwendolyn ne respirait plus à leur arrivée. Des ambulanciers ont aussitôt transféré la fillette au John Hopkins All Children’s Hospital dans l’espoir que les médecins parviennent à la sauver des graves blessures qu’elle avait subies, mais en vain. 

Selon ce que les docteurs ont révélé aux enquêteurs, le corps de la petite Gwendolyn présentait de nombreuses marques de violence et plusieurs fractures apparaissaient sur son crâne, laissant deviner qu’elle avait reçu plusieurs coups à la tête. Sinon, des fractures aux côtes démontraient que l’enfant avait été serré de façon insistante et très violente.

Le 19 novembre, après que les médecins aient tout essayé pour sauver la fillette, la famille a dû donner le feu vert pour qu’on la laisse partir paisiblement, car il n’y avait plus rien à faire pour le bébé de 7 semaines.

Au moment du drame, la mère de Gwendolyn était à son travail et Eydelman était en charge de l’enfant.

Eydelman n’était pas le père biologique du bébé, mais sur le certificat de naissance de Gwendolyn, c’est lui qui était identifié comme étant son père.

La mère de Gwendolyn, qui est âgé de 26 ans, a expliqué aux enquêteurs de police qu’elle avait connu Eydelman alors qu’elle était déjà enceinte de 3 mois.

Quant au présumé tueur, celui-ci a expliqué aux enquêteurs qu’il avait nourri Gwendolyn, puis après l’avoir laissée dans sa bassinette, il se serait endormi dans son lit.

L’homme serait ensuite revenu dans la chambre de Gwendolyn pour s’assurer qu’elle allait bien, mais celle-ci ne respirait plus.

Eydelman aurait aussitôt contacté sa famille et les services d’urgence pour les informer de la situation alarmante.

Or, à la lumière des examens médicaux pratiqués sur Gwendolyn, il n’y a pratiquement aucun doute comme quoi la fillette a été violentée et qu’elle en est décédée.

Les enquêteurs de police ont demandé aux médecins d’établir des simulations afin d’expliquer les marques de violence trouvées sur le corps de Gwendolyn et tout indique que le bébé a été cogné à la tête à plusieurs reprises et que son corps aurait été « compressé » avec insistance.

Eydelman aura par la suite confié avoir secoué le bébé après qu’il lui ait donné un coup de poing, car il était frustré d’avoir de la difficulté à changer de couche la petite Gwendolyn.

Les policiers ont arrêté le suspect pour aussitôt le faire incarcérer.

Eydelman fait maintenant face à des accusations criminelles en lien avec le décès de Gwendolyn et s’il est trouvé coupable, il devrait passer plusieurs années derrière les barreaux.

L’enquête policière devrait se poursuivre au cours des prochaines semaines. 

On ignore encore la prochaine comparution du suspect.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.