Taha Mrani Alaoui, 25 ans, et Zakariya Banouni dit Zak, 22 ans, sont jugés à partir de ce lundi et jusqu’au 21 décembre aux assises, à Toulouse.

Leur silhouette progresse prudemment sur le toit du petit immeuble, puis se faufile par une fenêtre. Mais à peine un pied posé dans l’appartement, les pompiers sont pris à la gorge par une odeur insoutenable. Dans la chambre, dont la porte a été calfeutrée, une malle en plastique est posée à même le sol, jonché d’insectes morts. A l’intérieur, le corps recroquevillé d’une jeune femme, en cours de décomposition, baigne dans l’acide chlorhydrique : les chairs sont brûlées en plusieurs endroits, les os apparents.

Ce 3 août 2015, cette effroyable découverte se double d’une énigme pour la police judiciaire de Toulouse (Haute-Garonne) : qui pouvait en vouloir à ce point à Eva Bourseau, une étudiante en lettres de 22 ans unanimement appréciée ? Les auteurs de ce crime sordide sont en réalité vite démasqués : point de criminel chevronné, mais deux brillants étudiants à la dérive, accros à la « défonce », qui ont tué leur amie pour quelques cachets d’ecstasy… 

Notre reportage : 

Laisser un commentaire