Un jeune homme de 19 ans a été arrêté en février dernier et incarcéré dans la prison du comté de Snohomish (Washington). Il est accusé de viol, d’homicide involontaire et d’«homicide par substance contrôlée». Samedi 3 février, Brian Varela organisait une fête dans son mobile-home à Lynnwood. Alyssa Noceda, 18 ans, participait également à cette soirée. Les deux jeunes gens ont consommé de la drogue et l’Américaine a commencé à se sentir mal, victime d’une overdose.

Au lieu de lui porter secours, Brian a profité de la situation pour violer Alyssa, relate «The Spokesman Review». Le jeune homme a même envoyé des SMS à ses copains pour se vanter de son acte: «LOL je crois qu’elle a fait une overdose, elle respire encore», a-t-il écrit, ajoutant des photos de la jeune femme à demi-nue, inconsciente et les lèvres bleues. Le lendemain, Brian a montré à son colocataire le corps de la victime sur son lit et lui a demandé de l’aide. Son pote lui a conseillé d’appeler la police, mais le jeune homme a préféré partir travailler.

Une fois arrivé au boulot, Brian s’est confié à un de ses collègues: «Elle est morte en couchant avec moi», a-t-il fanfaronné, expliquant qu’il avait voulu emmener Alyssa à l’hôpital mais qu’il s’était endormi. A son retour chez lui, l’Américain a enroulé le corps de la jeune femme dans du plastique et essayé de faire disparaître les preuves. Il s’est même servi des empreintes digitales de la victime pour déverrouiller son téléphone et poster un message sur Snapchat laissant penser qu’elle s’était enfuie de chez elle.

Après avoir vu sur les réseaux sociaux que la mère d’Alyssa recherchait sa fille, un collègue de Brian est allé dénoncer le jeune homme à la police. Au domicile du jeune homme, les forces de l’ordre ont retrouvé le corps de la demoiselle dans un coffre. 

Jugé par la cour, Snohomish a été condamné à seulement 34 mois de prison après avoir reconnu avoir violé la jeune femme. 

Un juge a condamné Varela à 34 mois de prison jeudi, reconnaissant qu’elle estimait que c’était insuffisant, mais la loi en vigueur l’obligeait à respecter les directives de détermination de la peine. Varela n’avait pas d’antécédents criminels.

«C’est une blague», a déclaré Gina Pierson à la mère d’Alyssa. “Habituellement, les gens qui font des trucs comme celui-ci ne s’en sortent pas avec une tape sur les doigts.”

Pierson et sa famille prévoient de se battre devant la législature de l’État et de contester les directives de détermination de la peine. Après tout, ils risquent une peine à perpétuité.

«Je ne cesse de penser que je ne la reverrai plus jamais», a déclaré Pierson.

Laisser un commentaire