Affaire Daval : le beau-frère d’Alexia porte plainte contre Jonathann Daval

Grégory Gay, le beau-frère d’Alexia, avait été désigné comme son meurtrier par Jonathann Daval, fin juin.

Il a déposé plainte pour dénonciation calomnieuse ce lundi à Gray (Haute-Saône).

D’après le Parisien :

Le 4 juillet à Besançon (Doubs), Grégory Gay a entendu de la bouche du juge d’instruction qu’on l’accusait de meurtre. Son propre beau-frère, Jonathann Daval, avait, dans le cadre d’une une inattendue volte-face, le 27 juin, nié avoir tué sa femme Alexia, fin octobre 2017 à Gray et désigné Grégory comme l’auteur des faits.

« Un coup de massue, complètement fou. Ce n’est pas facile à vivre, même quand on sait que l’on n’a rien fait, heureusement que j’ai les épaules solides », se remémore Grégory Gay à la veille de Noël. Jonathann a beau être revenu le 7 décembre à ses aveux initiaux, pulvérisant, par là même, sa thèse du beau-frère étrangleur couvert par les parents et la sœur d’Alexia, Grégory ne veut pas rester là. « Blessé », cet ingénieur de 36 ans a porté plainte, ce lundi à la gendarmerie de Gray, pour dénonciation calomnieuse contre « Jonathann Daval et les personnes qui ont participé à la médiatisation de son histoire ».

« Jonathann n’a pas pu médiatiser ça depuis sa prison… »

Grégory Gay précise dans sa plainte qu’il a demandé ce 4 juillet ce qu’il pouvait faire face à une telle situation. « Il m’a été dit que j’avais 3 ans pour déposer plainte mais on m’a fait comprendre qu’il n’était pas nécessaire de le faire tout de suite pour le bien de l’enquête. » Le beau-frère d’Alexia a accepté, rassuré par le fait que les propos tenus dans le cabinet du juge étaient couverts par le secret de l’instruction.

« Deux heures après mon entretien, mon nom était relayé par tous les médias, comme quoi j’étais désigné comme le meurtrier d’Alexia avec la complicité de ma famille et belle-famille. Il m’apparaît évident que Jonathann n’a pas pu médiatiser ça depuis sa prison… », écrit encore le plaignant. « Pendant plus de cinq mois, mon client a été anéanti par les accusations abjectes et grotesques de Jonathann Daval relayées par ses proches. Cette plainte est une démarche tout à fait naturelle », relève Me Gilles-Jean Portejoie, avocat de Grégory Gay.

Toujours dans sa plainte, le beau-frère d’Alexia juge, par ailleurs, que les conseils de Jonathann Daval ont « largement fait la publicité de son histoire en disant qu’elle était crédible au vu des éléments du dossier. » Son interprétation est tout autre : « Cette histoire de complot ne tenait pas à l’examen du dossier. Mais cela a prospéré, je ne peux le tolérer. » Invité sur BFM, le 4 novembre, Me Randall Schwerdorffer, un des avocats de Jonathann, s’était exprimé sur la version de son client, incriminant Grégory Gay et sa belle famille. « Elle ne lui a été soufflée ni par sa famille, ni par ses avocats, ce serait une ineptie […] Il nous apporte une explication sérieuse, sinon nous aurions été obligés de nous déporter. »

« Beaucoup de choses ne collent toujours pas »

Depuis le 7 décembre, cette version, encore crédible en juin selon Me Schwerdorffer, interrogé récemment par le journal local la Presse Bisontine, n’existe plus. « Nous avons compris, il y a deux mois, à la suite des éléments revenus au dossier que la position de Jonathann Daval n’était plus tenable », confie l’avocat dans la même interview.

Soucieux de ne pas laisser passer ces anciennes accusations (« elles ont fait du mal à beaucoup de monde »), Grégory Gay guette avec méfiance ce que dira son beau-frère lors de sa prochaine audition en janvier. « Car beaucoup de choses ne collent toujours pas », estime l’ingénieur qui passe les fêtes en famille à Gray. Des fêtes marquées par l’absence douloureuse d’Alexia.

Laisser un commentaire