L’application Uber avait pris le contrôle de son « esprit et de son corps » ! Un Américain a plaidé coupable, lundi, du meurtre de six personnes dans le Michigan, en février 2016, lors d’une série de fusillades perpétrées alors qu’il transportait des clients pour ce service de réservation de voitures avec chauffeur.

Cette admission de culpabilité a créé la surprise car le procès de Jason Dalton, 48 ans, venait de commencer avec la sélection du jury. Il a été inculpé de six meurtres, ainsi que de deux chefs d’agression avec l’intention de commettre un meurtre car il a aussi blessé deux personnes. Il risque la prison à vie sans possibilité de libération anticipée.

Les procureurs ont indiqué qu’aucun accord de plaider-coupable n’a été conclu avec l’accusé. Lorsque le juge présidant son procès lui a demandé s’il plaidait coupable « volontairement de (son) plein gré », l’accusé a répondu : « Oui. Je voulais ça depuis un moment ».

L’application avait pris le contrôle de son «esprit et de son corps »

Le journal Detroit Free Press avait rapporté en mars 2016 qu’en avouant ses actes devant les policiers, Jason Dalton avait prétendu que l’application pour smartphone Uber (utilisée par les clients pour réserver les véhicules) lui avait dit où se rendre pour tirer sur des passants après avoir pris le contrôle de son « esprit et de son corps ». Le quotidien du Michigan citait alors des rapports de police obtenus grâce à une requête de documents publics.

Jason Dalton a semé la mort le 20 février 2016 dans la ville de Kalamazoo, à 240 kilomètres à l’ouest de Detroit, tirant sur des personnes choisies semble-t-il au hasard en plusieurs endroits. Entre chaque fusillade – trois en cinq heures – il a continué à transporter des clients d’Uber.

Il avait tué une mère de famille de 25 ans qui protégeait un groupe d’enfants, puis un père de 53 ans et son fils de 17 ans dans une concession automobile, et enfin quatre personnes âgées (60, 62, 68 et 74 ans) sur le parking d’un restaurant. Une adolescente de 14 ans, atteinte à la tête, a survécu.

La station de télévision WOOD, affiliée à la chaîne NBC, a indiqué que l’accusé avait choisi de plaider coupable pour épargner à sa famille et aux familles des victimes l’épreuve d’un procès.

Laisser un commentaire