États-Unis: Elle assiste sans réagir au viol et au meurtre d’une petite fille qu’elle gardait

Jessica Kelley, a assisté au meurtre et au viol de Victoria Martens, auparavant droguée. Un temps accusée du meurtre avec son cousin Fabian Gonzales, aussi présent sur les lieux du crime, la jeune femme a finalement été disculpée.

Le fait divers sordide se passe à Albuquerque, aux États-Unis. Si la lumière n’est pas encore complètement faite sur le dossier, la police a déjà révélé un certain nombre de détails. Victoria Martens, qui venait d’avoir 10 ans la veille, s’est fait droguer, violer et ensuite brûler par ce qui pouvait être dans un premier temps un trio ou un quator maléfique.

En effet, si l’on se fie à la première version des faits, trois personnes au moins étaient présentes sur les lieux du crime : la mère de la petite fille Michelle Martens, Jessica Kelley, la baby-sitter et Fabian Gonzales, son cousin et petit ami de Michelle Martens. La maman de Victoria est une accro à la méthamphétamine qui a alors accusé Kelley et Gonzales du viol et du meurtre de sa fille, avant de changer d’histoire.

Rapidement, les autorités ont écarté cette piste, se rendant compte des nombreux éléments contradictoires dans la version de la mère. « Les pièces de ce puzzle n’allaient simplement pas ensemble et cette histoire n’était juste pas vraie  », a indiqué Raul Torrez, en charge de l’enquête.

Les enquêteurs ont trouvé les traces d’ADN d’une quatrième personne, un homme, sur le corps de Victoria. D’après eux, il s’agirait du tueur et ni la mère de Victoria, ni son petit ami Gonzales n’auraient été présents ce soir-là dans l’appartement. Néanmoins, leur implication dans ce meurtre est encore à mesurer.

Jessica Kelley a plaidé coupable de mauvais traitements infligés à un enfant entraînant sa mort et la falsification de preuves. Elle pourrait passer 20 ans derrière les barreaux. La mère Michelle n’a plaidé coupable que de maltraitance envers des enfants et pourrait être enfermée entre 12 et 15 ans. Gonzales n’a pas encore plaidé quoi que ce soit, clamant son innocence, alors que la police traque toujours le quatrième et dernier suspect.


Laisser un commentaire