Meurtre de la mini-Miss JonBenet Ramsey : 22 ans après, la police doute du témoignage d’un pédophile qui a avoué ce crime

Emprisonné, un homme a avoué le meurtre de la mini-miss JonBenet Ramsey, assassinée en 1996 à l’âge de 6 ans. Mais les forces de l’ordre remettent en doute la véracité de ses dires.

Près de 22 ans après les faits, la famille de JonBenet Ramsey va-t-elle enfin savoir qui a tué cette petite fille. Le 24 décembre 1996, la mini-Miss âgée de seulement 6 ans a été retrouvée morte dans le sous-sol de la maison familiale, située dans le Colorado. Des années plus tard, ce sordide fait divers n’a toujours pas été résolu. Mais rebondissement récent dans cette affaire. Selon le Daily Mail, un homme vient d’avouer par le biais d’une lettre être le tueur de JonBenet Ramsey.

Actuellement emprisonné pour pédopornographie,Gary Oliva explique à un ami ce geste. « Je n’ai jamais aimé quelqu’un comme j’ai aimé JonBenet et malgré ça, je la tenais et l’ai laissée glisser et sa tête s’est brisée en deux et je l’ai regardée mourir. C’était un accident, crois-moi. Elle n’était pas comme les autres enfants », écrit-il notamment. Gary Oliva admet avoir été amoureux de la petite fille : « JonBenet m’a complètement changé et a fait disparaître en moi mon côté diabolique. Un simple regard sur son visage magnifique, sa peau lumineuse, son corps de déesse m’a fait réaliser que j’avais tort de tuer les autres enfants. Mais à cause de moi, elle est morte par accident. »

Sauf que les forces de l’ordre doutent fortement de son témoignage. Dans un communiqué, elles expliquent avoir déjà enquêté sur cet homme, qui a déjà fait des aveux dans le passé. A l’époque, il avait alors été blanchi par la justice grâce à son ADN. Pourtant dans ses lettres, Gary Oliva assure que la police n’a pas fait son travail. « J’ai plaidé coupable du meurtre de JonBenét ainsi que d’innombrables sévices sexuels à l’encontre de nombreux enfants, écrit-il. Plusieurs accords ont été conclus entre moi et le tribunal. (…) Je suis un meurtrier en série. J’ai un trouble qui ne peut pas être arrêté. J’ai raconté aux détectives tous les meurtres dont je me souviens. Ils ne peuvent tout simplement pas en prouver. »

D’après Closer

Laisser un commentaire