Après la diffusion de l’émission Crimes & Faits divers, Radio Capitole s’est intéressé à une disparition qui dure depuis de nombreuses années. Force est de constater que rien n’entraîne au bon dénouement de cette famille de disparu dans le cadre de la disparition de Malik Boutvillain cet homme de 32 ans qui a disparu le 6 mai 2012 à Echirolles près de Grenoble. Radio Capitole a fait témoigner sa soeur sur notre antenne.

C’est un autre témoignage qui nous noue les tripes, celle d’une soeur qui n’a plus aucun espoir de retrouver son frère disparu. Pour elle rien entraîne une disparition volontaire de son frère. Dalila, la grande soeur de Malik se questionne quant à un acte criminel. Le 06 mai 2012, il est encore trop tôt selon la police pour signaler la disparition de Malik. Une attente très longue qui s’avère finalement irréel pour la famille. En effet, les 48 H passée, Dalila et sa mère se rendent de nouveau au commissariat pour signaler officiellement la disparition de Malik. Seulement pour la police, il s’agit probablement d’une disparition volontaire car Malik est majeur.

Soyons enfin considéré comme des victimes, car aujourd’hui et en 2019, c’est quoi la disparition d’un homme… On envoie la BAC et les chiens pour une barrette de Shit mais on refuse pour un homme disparu ?

Extrait de Dalila qui demeure dans le doute de l’avancée judiciaire sur la disparition de son frère.

Mais les années passent, et Malik ne rentre pas. Aucun signe, aucun témoignage viendrait conforter l’idée d’une disparition inquiétante, pas plus qu’un éventuel départ volontaire. C’est à la famille d’enquêter, et de rechercher l’homme de 32 ans. Ils seront aidés par l’association ARPD, mais les moyens ne sont pas suffisants.

En 2017, la piste Lelandais est médiatisé, et les disparitions inquiétantes dans la région Rhône-Alpes sont nombreuses. La question est inévitable… Est-il mêlé aux nombreuses disparitions de la région. Cette question demeure et la cellule Ariane créer pour tenter de résoudre le mystère des disparus du Rhône-Alpes n’en sait finalement guère plus.

Au final, ce que s’étonne la famille comme tant d’autres de disparus, c’est l’inertie et le silence judiciaire. Un vide, un néant qui arrache les tripes de ces familles qui en réalité ne sont que victime de ce malheur. Une douleur sans égal, et un néant que toutes ses familles se passeraient bien. Au final, que faire ? Tourner en rond chez soi, ou médiatiser l’affaire pour qu’enfin un témoignage viennent résoudre cette situation très anxiogène et douloureuse pour ces victimes de disparitions inquiétantes.

Pour Dalila, comme pour sa mère qui témoignait auprès de Jean-Marc Morandini sur NRJ12 hier, c’est un cauchemar éveillé.

Badra Boutvillain, la mère de Malik, était en direct sur le plateau de la quotidienne de “Crimes et faits divers” avec sa fille. Elle a adressé un message à son fils. “J’ai envie de lui dire : Malik, je t’aime beaucoup. Fais nous un signe, appelle nous. Juste un signe, s’il te plait”, a déclaré la mère de famille, en larmes.

Et d’ajouter : “Si tu n’as pas envie, on te respecte. Donne-nous de tes nouvelles. Je n’en peux plus, je n’en peux plus… Je suis à bout. S’il te plait, mon fils. Je t’aime beaucoup et tu le sais. Tu m’as fait une promesse. Tu m’as toujours : ‘maman, je ne te laisserai jamais toute seule’. Je m’accroche, je m’accroche… Je t’avoue que c’est trop dur, je suis en train de vivre un cauchemar éveillé. Peut-être que quelqu’un sait. S’il vous plait, libérez votre conscience, dîtes-nous ! C’est toute une famille qui souffre”.

Ils ne dorment plus, ne vivent plus. Ce qui est le plus long pour eux c’est probablement l’incertain. Une situation que vivent les familles de disparus qui heureusement finissent par avoir de l’aide comme peut en fournir l’association ARPD. Alors une chose que vous citoyens ordinaires, et familles entières pourrait faire car cela n’arrive pas qu’à eux… Ouvrez l’oeil.. Le destin de ces familles de disparus peut être entre vos mains si vous pourriez apporter un geste, c’est celui de votre témoignage si vous savez ou avez entendu parler de cette affaire… Relayez, partagez et surtout n’hésitez pas à parler en cas de connaissance d’un fait. Victime de cette souffrance de ne savoir où se trouve leurs proches, ces familles ont besoins de vous…

© Radio Capitole

Laisser un commentaire