Les juges du Tribunal cantonal bernois ont dû se pencher jeudi sur la relation qu’entretenait un enseignant avec son élève, entre octobre 2013 et janvier 2014. Au moment des faits, lui avait 43 ans et elle en avait 15 ans. A cette époque, l’adolescente vivait dans un foyer en raison de problèmes d’anorexie. Le prof lui donnait des leçons de guitare. Quelques années auparavant, il avait été son enseignant alors qu’elle était en 7e année.

Comme l’écrit 20 Minuten, les cours de musique avaient rapidement dévié vers autre chose: les deux ont commencé à se voir jouer au badminton ou pour manger ensemble. Selon l’acte d’accusation, ils ont aussi bu de l’alcool, fumé des cigarettes et eu des rapports sexuels. Selon les juges, il s’agissait d’une relation amoureuse consentie par les deux personnes impliquées.

Peine pécuniaire

Le couple s’était en effet envoyé de nombreuses lettres d’amour, dans lesquelles l’enseignant donnait des surnoms affectifs à l’adolescente. L’élève, elle, aimait le flatter en le qualifiant d’«amant talentueux». Or leur histoire avait tourné au vinaigre début 2014, quand la mineure était tombée sur des lettres d’amour écrites par une autre femme. Folle de rage, elle avait menacé de le tuer et de porter plainte contre lui. Mais l’affaire avait finalement été signalée à la police par un psychiatre auquel l’ado s’était confiée.

Le Ministère public accuse le prof non seulement d’actes d’ordre sexuel avec un enfant, mais également de pornographie. Le quadragénaire avait en effet pris des photos de son élève en sous-vêtements et en talons aiguilles, le tout dans des poses suggestives, rapporte Der Bund.

Pour finir, le quadragénaire a été condamné à une peine pécuniaire de 270 jours-amende à 30 francs. A cela s’ajoute une amende de 2000 francs, une réparation morale pour l’élève et les frais de justice. Le jugement n’est pas encore entré en force. Le droit d’enseigner lui a été retiré. 

Laisser un commentaire