Patricia Dagorn, surnommée la “veuve noire” a été condamnée à 14 ans de prison en appel à Aix-en-Provence ce mardi. Elle avait été condamnée en première instance à 22 ans de prison pour avoir empoisonné et escroqué quatre hommes âgés. La quinquagénaire a été acquittée pour l’assassinat de deux d’entre eux.

“Jouissance à donner la mort”

Trente ans de réclusion criminelle avaient été requis lundi en appel par l’avocate générale Béatrice Vautherin, s’alarmant d’une certaine “jouissance à donner la mort à ces vieux messieurs”, et de “la haine qu’elle a à l’égard des hommes”.

L’accusée avait été décrite comme quelqu’un qui vivait “sans loi et sans lien avec personne”, mais avec une obsession, faire main basse sur la richesse des autres.

Mardi matin, dans ses derniers mots devant la cour d’assises d’appel à Aix-en-Provence, Patricia Dagorn, avait une nouvelle fois clamé son innocence de tous les crimes et délits dont elle était accusée, se disant par avance “victime d’une erreur judiciaire”. Son avocat Cédric Huissoud avait plaidé l’acquittement, dénonçant une procédure “sans queue ni tête” et “sans élément probant”.

Des rencontres via une agence matrimoniale

Patricia Dagorn était accusée d’avoir empoisonné Francesco Filipponne, un maçon retraité de 85 ans, en février 2011, et Michel Knefel, un SDF, en juillet 2011, pour les détrousser et tenter de capter leurs patrimoines respectifs.

Ange Pisciotta et Robert Vaux, les deux autres octogénaires qu’elle aurait empoisonnés, en 2011 et 2012, n’auraient survécu que grâce à la chance, ayant su rompre à temps avec celle qu’ils avaient rencontrée via une agence matrimoniale de Cannes. Elle s’y était inscrite pour rencontrer “des hommes de 50 à 80 ans, voire plus”.

Avec AFP

Laisser un commentaire