Christophe Dettinger, filmé en train de frapper des gendarmes en marge d’une manifestation de gilets jaunes samedi 5 janvier, a fait appel de son placement en détention provisoire.

Il avait fini par s’effondrer le 9 janvier dernier juste avant que le tribunal décide de le placer en détention en attente de son procès. Christophe Dettinger, l’ancien boxeur filmé le 5 janvier en train de frapper des gendarmes mobiles lors d’une manifestation des gilets jaunes à Paris, a fait appel de cette décision, a appris BFMTV. Cette demande de remise en liberté sera examinée le 22 janvier par la cour d’appel de Paris. Il sera assisté de son avocat, Me Jérémie AssousPUBLICITÉ

Placé en garde à vue le 7 janvier dernier, Christophe Dettinger a été présenté au tribunal correctionnel de Paris deux jours plus tard dans le cadre d’une comparution immédiate. L’ancien boxeur, surnommé “le gitan de Massy”, avait alors demandé un délai afin de préparer sa défense, le procès pour pour violences volontaires en réunion sur personne dépositaire de l’autorité publique”  a été renvoyé au 13 février. Depuis, il a été incarcéré à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis.

“Je regrette, je n’aurais pas dû le taper, c’était un moment de panique, on s’est fait gazer… Je vois des CRS matraquer des gens et là j’ai perdu le contrôle”, avait-il déclaré lors de sa première audience avant de fondre en larme.

Une cagnotte clôturée

Le 5 janvier dernier, lors d’une manifestation des gilets jaunes à Paris, Christophe Dettinger a été filmé en train de frapper deux gendarmes mobiles chargés de bloquer la passerelle Léopold-Sédar-Senghor, dans le 7e arrondissement de la capitale. Face à l’un des deux militaires peinant à maintenir sa position, il s’est livré à un véritable combat de boxe. L’homme âgé de 37 ans est devenu un visage de la contestation, comme en atteste la cagnotte qui avait été mise en ligne pour l’aider. La cagnotte, qui avait dépassé les 110.000 euros, a été clôturée par Leetchi après de vives critiques. 

Si une partie de l’argent récolté doit servir à financer les frais de justice de l’ancien boxeur, Marcel Campion, le “roi des forains”, a également assuré Christophe Dettinger de son soutien financier pour sa défense. “Le boxeur gitan n’a pas affronté la République française en donnant quelques coups à des policiers qu’on n’ont pas dû se priver de donner des coups de matraque, ni d’asperger de gaz lacrymogène la population”, a indiqué la semaine dernière Marcel Campion.

Laisser un commentaire