Dans Radio Capitole Grand Reportage, nous souhaitions évoquer cette disparition mystérieuse.

Eric Foray, un grand brun aux yeux bleus de 1,91 m, âgé de 46 ans, disparaît le 16 septembre 2016 à Chatuzange-le-Goubet (Drôme), alors qu’il part faire des courses au village. Comme l’indique France Bleu à l’époque, on le voit sur les images de caméra de surveillance du Super U de Chatuzange, une commune proche de Valence. Il fait un détour par la boulangerie vers 12h15, discute un peu avant de remonter dans sa voiture, un 4×4 Suzuki Grand Vitara couleur beige/or, immatriculé EA-858-RS.

Comme le précise l’avis de recherche, Eric Foray portait un jean et un sweat-shirt à manches blanches avec des dessins géométriques. 

C’est son compagnon, Régis Pique, qui donne l’alerte le jour de sa disparition. Il décide de porter plainte mais, au commissariat, ses inquiétudes ne provoquent que des railleries. Malmené par les forces de l’ordre, l’homme totalement désemparé se fait humilier par le fait qu’il est homosexuel. L’homme va s’en dire qu’Eric est probablement aller voir ailleurs un autre homme. Mais pour Régis, c’est impossible.

C’est lui seul et envers et contre tous, se battra pour récolter des indices. Au fil de l’enquête qui pour lui n’avance pas d’un pouce, il indique que les gendarmes cherche des pistes inutiles, pour faire fit de rechercher Eric. Perquisition à son domicile, des témoins qui ne connaissent même pas Eric seront interrogés. En clair, Régis n’est pas une victime pour les gendarmes, il est meurtri car en réalité tout le monde dans le corps judiciaire le prend pour un coupable.

Finalement rien n’est trouvé, aucune preuve, ni même un faisceau de preuves qui permettrait d’affirmer que Régis est coupable de quoi que ce soit. Une fois de plus comme dans de nombreuses disparitions, le statut de victime n’est pas pris en compte. Alors Eric se bat seul, et cherche les moindres indices. C’est l’histoire similaire avec la disparition de Malik Boutvillain qui se produit et c’est d’ailleurs ce qui est curieux. C’est comme si la justice ainsi que sa famille ne souhaite pas retrouver Eric.

“On est tout près des frontières suisse et italienne, mais les caméras des péages n’ont même pas été exploitées”, regrette auprès de franceinfo Philippe Folletet, un commissaire à la retraite qui a repris du service bénévolement au sein de l’antenne Auvergne-Rhône-Alpes de l’Association d’assistance et recherche de personnes disparues (ARPD).

“Les familles qui se rendent au commissariat pour signaler la disparition d’un proche majeur s’entendent souvent dire ‘Il faut attendre 48 heures'”, déplore également Bernard Boulloud, l’avocat de Régis Pique. 

“Pour moi, cela ne fait aucun doute. Il n’est pas parti de son plein gré. Tout allait bien entre nous. D’autant qu’il n’avait rien sur lui quand il est sorti ce jour-là : à peine 70 euros en poche”, expliquait Régis Pique, fin mars, au Dauphiné libéré (article payant). Le compte en banque d’Éric Foray n’a plus jamais été débité.

En réalité le ralentissement pour permettre aux familles de retrouver les proches de disparus est là … Ce sont ces fameuses 48 H à attendre avant de déclarer officiellement une personne disparue. Il s’en passe des choses en 48 H surtout avec l’ouverture des frontières. Hélicoptère, chiens de recherches, exploitation de vidéo surveillance aurait pu être déclenché à l’instant même de la disparition d’Eric comme pour les autres, mais tout est refusé à Régis. Clairement et au stade de l’enquête, aucun lien avec Nordhal Lelandais n’est établit, mais l’hypothèse qu’il est rencontré Eric est envisagée.

Le tunnel lui paraît loin avant de retrouver Eric mais pour Régis, ce tunnel n’est pas sans fin, il y a une explication à la disparition de son conjoint, et selon lui, il ne cessera de chercher que lorsqu’il aura trouvé. Heureusement qu’il a pu s’épauler et s’entourer de personnes vivant la même situation que lui. L’association ARPD très présente pour Régis comme pour d’autres victimes de disparitions inquiétantes, permettra-t-elle de faire enfin la lumière sur la mystérieuse disparition d’Eric. C’est ce que nous souhaitons pour enfin permettre à Régis de vivre son plus grand bonheur avec son compagnon et de mettre enfin à profit ses projets qu’ils avaient ensemble décidés de construire.

INFO :

En cas de découverte du véhicule ou d’Eric Foray ou pour témoigner, merci de contacter l’Association ARPD ou encore Régis au 06 09 59 14 45 ou à défaut le 17. Le témoignage même anonyme peut-être pris en compte – Contactez notre rédaction à disparition@radiocapitole.fr ou via la Wikicarte Disparition formulaire

Laisser un commentaire