La rédaction de Radio Capitole a été informée il y a peu de temps de faits qui auraient eu lieu en Septembre 2018 lors d’une soirée organisée par un cabinet d’avocats Parisiens pour ses associés.

La réception avait bien démarré et la soirée battait son plein lorsqu’entre minuit et une heure du matin, le responsable de ce cabinet d’avocats a demandé au disc-jockey de changer de programmation musicale. Le dénommé DJ-P* lui a répondu que cela n’était pas possible car la « playlist » avait été préalablement validée, par un représentant du cabinet pour qui était organisée la soirée par un hôtel Parisien renommé.

Le lieu où s’est déroulé l’altercation entre Maitre Pisani et le DJ

Selon Maître Arash Derambarsh, avocat du disc-jockey plaignant, que nous avons pu joindre par téléphone, le ténor du barreau grisé par la soirée, aurait, devant une centaine de membres présents, qui plus est tous professionnels du droit, agressé physiquement et verbalement l’animateur musical recruté pour l’occasion par l’hôtel où se déroulait la soirée, en lui assénant un violent coup au visage après avoir tenté de lui faire pression cherchant à le contraindre à changer sa playlist en le menaçant du doigt.

L’histoire aurait pu s’arrêter là si, toujours selon maitre Derambarsh, l’alcool aidant, l’avocat en question, n’avait pas menacé de faire perdre son travail à cet animateur professionnel connu sur la place parisienne qui écopera d’une journée d’ITT et de 2 jours d’arrêt de travail à la suite de cette agression. L’avocat l’aurait de plus menacé de lui ruiner sa carrière si plainte était déposée, le gratifiant au passage de simple « prestataire de service ». Il est bien évident que ce DJ* parisien renommé devait être à mille lieux de s’imaginer qu’il serait agressé par un prestigieux avocat du barreau de Paris, associé d’un grand cabinet international, alors qu’il avait été embauché pour animer une soirée d’entreprise pour des professionnels censés connaître les règles de vie en société qui étaient présents pour passer du bon temps.  

Quelle musique a -t-elle bien pu mettre cet avocat dans cet état ? « Sapé comme jamais » de Maître Gims ? « Libérée, délivrée » d’Anaïs Delva ?

Peut-être préférait-il des titres comme « les lacs du Connemara » de Michel Sardou ou encore un bon « Gilbert Montagné » ou bien » Les portes du pénitencier » de Johnny Hallyday ? Voir un petit Bézu ?

Selon Maitre Derambarsh une plainte pour chantage et violences a bien été déposée à l’encontre de Maitre Hervé PISANI du cabinet Freshfields Bruckhaus Deringer par suite du chantage et de l’agression dont ce Dj aurait été victime.

Un Disc-jockey est souvent sollicité afin d’animer des soirées et est considéré comme étant un artiste, il est souvent embauché car, il a, comme il est dit dans le jargon, il a son propre son, sa manière de mixer et d’animer, ce qui lui confère cette qualité d’artiste. Loin des clichés d’antan, ces artistes dont certains sont internationalement connus et reconnus ne font pas qu’animer des mariages ou des fêtes locales mais sont sollicités afin d’animer des soirées d’entreprises, colloques et autres séminaires tout comme des défilés de mode, et autre manifestation à caractères professionnels. La danse réunit les gens, raison pour laquelle ces artistes sont souvent sollicités et sélectionnés par des sociétés pour des soirées évènementielles car au travers de la musique et de la danse, ils permettent à un manager de renforcer la cohésion de ses équipes.

Hervé PISANI, avocat au Barreau de Paris fait actuellement l’objet d’une plainte.

Nous ne pouvons que nous questionner quant aux agissements de cet associé d’un grand cabinet international dont la réputation ne serait pas pour autant à remettre en question quand bien même cet individu est à la tête du bureau parisien de ce cabinet, de même que de manière plus générale la profession d’avocat n’a pas non plus à être entachée par les agissements d’un de ses représentants, auxiliaire de justice. La plupart des avocats s’engagent au quotidien aux côtés de leurs clients à faire preuve de probité, pour défendre leurs droits et faire appliquer la loi, sans menacer ni salir la réputation d’un artiste sous prétexte que la musique n’est pas à leur goût. A-t-on déjà vu une personne agresser un chanteur en plein concert puis le menacer devant son public en toute impunité ?

Quant au Disc-Jockey Dj-P*, il reste choqué par l’agression dont il aurait été victime et n’a pu reprendre, à la vue de son agenda, que nous avons pu consulter, son « rythme de soirées » qu’au mois de décembre non sans appréhension qu’un tel évènement ne se reproduise.

Radio Capitole suivra de près cette affaire qui pose la question de savoir si un individu, par son statut et sa notoriété peut se permettre de menacer, agresser et salir la réputation d’un artiste devant des personnes influentes. Nous ne manquerons pas de vous tenir informé.

* A la demande du Dj en question son pseudonyme d’artiste a été changé.

Laisser un commentaire