Cette femme de 43 ans a été mise en examen, samedi à Versailles, après le décès suspect de son bébé lors d’un accouchement à domicile.

Une mère a peut-être commis l’irréparable, après avoir accouché seule chez elle. Âgée de 43 ans, elle a été mise en examen, samedi, à Versailles (Yvelines), avant d’être remise en liberté sous contrôle judiciaire. Elle est soupçonnée d’avoir donné la mort à son bébé, dans le huis clos de son appartement de Saint-Cyr-l’École, entre le 18 et le 21 décembre dernier,

Vers 15 heures, à Chanteloup-les-Vignes (Yvelines), la quadragénaire vient de terminer son service de magasinier dans un entrepôt quand elle est prise d’un malaise en montant dans sa voiture. Alertés, les pompiers arrivent et constatent qu’elle souffre d’importants saignements vaginaux. Elle explique aux secouristes qu’elle vient d’accoucher seule à son domicile d’un bébé mort-né après sept mois de grossesse. Avant d’être conduite à l’hôpital de Pontoise (Val-d’Oise), la quadragénaire ajoute qu’elle a enterré le fœtus dans la jardinière de son balcon.

Lorsque les forces de l’ordre se rendent chez elle, elles découvrent près du lit le cadavre, recouvert d’une couverture, d’un bébé reposant dans une boîte à chaussures. L’autopsie n’explique pas les causes de la mort, mais révèle que le petit garçon a respiré au moins trente minutes après sa naissance.

Une vie affective instable et secrète

La mère, mentalement perturbée, reste à l’hôpital psychiatrique. Pendant ce temps, les enquêteurs de la brigade de protection de la famille interrogent son entourage. La vie de cette femme, d’origine sarthoise, déjà mère d’un garçon et d’une fille de 16 et 18 ans, est très compliquée. Au travail, la quadragénaire est décrite comme quelqu’un de consciencieux et de colérique. Ses proches évoquent une femme secrète et habituée aux sautes d’humeur. Elle se serait montrée violente à l’égard de ses enfants lorsqu’ils étaient plus jeunes. Et doit faire face à des difficultés financières.

Sur le plan personnel, elle mène une vie affective instable et secrète. Elle a déjà abandonné un enfant, né sous X, et mis au monde un bébé mort-né. « Durant ces derniers mois, malgré son ventre rond et les interrogations, elle a toujours affirmé qu’elle n’était pas enceinte », précise une source proche du dossier.

Placée en garde à vue vendredi dernier à Viroflay, à sa sortie de l’hôpital psychiatrique, cette femme raconte qu’elle a accouché seule chez elle en pleine nuit et que les contractions auraient été si violentes qu’elle n’a pas eu la force de prévenir les secours. Elle ajoute qu’elle voulait gérer sa grossesse toute seule, comme elle le fait pour sa vie depuis toujours. La suite des investigations doit permettre d’éclairer les causes de la mort du petit Christophe, décédé à l’âge de trois jours, selon l’état civil.

D’après nos confrères du Parisien

Laisser un commentaire