Christophe Dettinger maintenu en détention provisoire dans l’attente de son procès


Christophe Dettinger, l’ancien boxeur professionnel de 37 ans qui avait frappé des CRS lors de l’acte VIII des gilets jaunes à Paris début janvier, reste en détention. L’appel qu’il avait formulé contre sa détention provisoire a été rejeté ce mercredi, selon nos informations. 

Le tribunal a expliqué auprès de notre chaîne sa décision en évoquant en manque de garanties de représentation vu la gravité des faits et de la détermination affichée par Christophe Dettinger lors des violences qu’il a commises. La justice dit aussi craindre des pressions ou des concertations avec des témoins qui seront cités et entendus durant la procédure. 

Pour Hugues Vigier, l’avocat de Christophe Dettinger, qui s’était rendu à la police de son propre chef quelques jours après les faits, c’est “une immense déception”. Abordant le procès à venir, il a ajouté: “Il faut attendre l’audience du 13 février en espérant que les faits seront jugés à leur juste valeur”. 

2 et 15 jours d’ITT pour les victimes 

L’ex-boxeur de 37 ans comparaîtra donc détenu à son procès pour “violences volontaires en réunion sur personnes dépositaires de l’autorité publique”, devant le tribunal correctionnel de Paris. La représentante du parquet général avait requis lundi le maintien en détention de Christophe Dettinger, en raison de la “personnalité extrêmement inquiétante et dangereuse” de cet homme “parfaitement impulsif et totalement déterminé à commettre des actes violents”.

Les deux gendarmes blessés, qui se sont constitués parties civiles, se sont vu prescrire respectivement 15 et 2 jours d’incapacité totale de travail (ITT). Jugé le 9 janvier en comparution immédiate, Christophe Dettinger, ancien champion de France 2007 et 2008 des lourds-légers, avait demandé un délai pour préparer sa défense. Le tribunal correctionnel avait délivré un mandat de dépôt à son encontre, visant à “empêcher la réitération des faits et une soustraction à la justice”. 

Avec AFP
    
   

Laisser un commentaire